Ecoutez Radio Sputnik
    Dollars en portefeuille

    USA-Russie: les échanges commerciaux au beau fixe malgré les sanctions

    © Sputnik . Vladimir Sergeyev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    0 932
    S'abonner

    Le commerce de tous les pays a été touché par les sanctions antirusses, sauf celui des USA, écrit mardi le quotidien RBС.

    Selon le vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch, cela prouve que Washington était intéressé à introduire les sanctions.

    Les sanctions imposées contre la Russie n'ont pas conduit à la diminution du volume du commerce extérieur avec les États-Unis, ce qui démontre le fait qu'en introduisant les sanctions, les autorités américaines agissaient uniquement dans leurs propres intérêts, a déclaré le vice-Premier ministre Arkadi Dvorkovitch.

    "Il y a un pays avec lequel notre chiffre d'affaires n'a pas diminué ces derniers mois: les États-Unis. Malgré toutes les sanctions et la pression. Il est donc évident qu'ils avaient un intérêt à ces mesures. Avec l'Europe, la Biélorussie et d'autres pays, les volumes ont baissé. Mais pas avec les USA", a déclaré Dvorkovitch lors de sa rencontre avec le Premier ministre biélorusse Andreï Kobiakov.

    "Il faut bien garder à l'esprit que chacun agit dans ses propres intérêts", a conclu le vice-Premier ministre russe.
    En 2014, le volume des échanges commerciaux de la Russie avec la plupart des pays qui ont soutenu les sanctions antirusses a considérablement diminué. Ainsi, selon les données du Service fédéral des douanes (SFD), le chiffre d'affaires avec le Portugal a baissé de 41,2%, avec la Grèce de 39,2%, avec la Hongrie de 27,5%, avec la Grande Bretagne de 21,3% et avec la Lettonie de 20,5%.

    Les échanges commerciaux avec certains autres pays de l'UE ont baissé plus lentement. Ainsi, par exemple, le volume des échanges avec la Pologne a diminué de 17,6%, avec la France de 17,5%, avec la Finlande de 14,7%, avec l'Italie de 10% et avec l'Allemagne de 6,5%. Les échanges commerciaux de la Russie avec les autres pays qui ont introduit des sanctions ont diminué également, mais de manière moins significative. Notamment, le volume du commerce avec le Canada a diminué de 3%, avec le Japon de 7,3% et avec la Norvège de 18,5%.

    L'un des rares pays dont le commerce avec la Russie a, au contraire, progressé dans le contexte des sanctions est les USA. En 2014, le volume des échanges commerciaux russo-américains a augmenté, selon le SFD, de 5,6% à $29,2 milliards. En même temps, le volume des importations des produits américains en Russie a augmenté de 12,1% jusqu'à $18,5 milliards. La part des États-Unis dans le commerce extérieur de la Russie a augmenté en 2014 de 3,3% à 3,7%.

    Cependant, déjà en janvier-février 2015, le volume des échanges commerciaux avec les USA a diminué, selon le SFD, baissant à un taux annualisé de 6,4%. Mais les pertes ne sont pas si grandes — pendant les mêmes deux mois, le volume du commerce de la Russie avec l'UE a chuté à un taux annualisé de 34,3%. Le principal partenaire commercial de la Russie en 2014 est redevenu la Chine, avec qui le chiffre d'affaires a baissé de 0,8% et s'élevait à $88,4 milliards de dollars, soit environ 11,3% du commerce extérieur de la Russie. Pendant les deux premiers mois de 2015, la part de la Chine dans le commerce extérieur de la Russie a augmenté de 11,8%.

    Le volume des échanges commerciaux de la Russie avec la Biélorussie en 2014 a baissé de 7,8%, en janvier-février 2015 de 36,8%, avec l'Ukraine — de 29,6% et de 55% respectivement. Au total, la valeur des produits importés en Russie pendant les deux premiers mois de 2015 s'élève à $22,98 milliards, soit 36,9% de moins par rapport à janvier-février 2014.

    Le volume des importations alimentaires a considérablement baissé. Notamment les achats étrangers de produits laitiers ont diminué de 5,6 fois, de poisson de trois fois, de sucre — de 2,9 fois, de viande de 2,3 fois, de fruits de 90% et de légumes — de 70%. Globalement, les importations alimentaires en Russie ont baissé de 44,3%.

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    Sanctions mal ciblées: résider rue de Sébastopol à Moscou, un délit?
    Les activités de la Belgique vers la Russie restent assez importantes
    Tags:
    sanctions, Arkadi Dvorkovitch, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik