Ecoutez Radio Sputnik
    Construction d'un gazoduc

    Le gazoduc Turkish Stream pourrait s'étendre en Grèce

    © Photo. Gazprom
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Gazoduc Turkish Stream (94)
    0 341
    S'abonner

    La Russie et la Grèce pourraient signer demain un accord sur le prolongement du gazoduc Turkish Stream sur le territoire grec, écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Une source d'Athènes a confirmé la préparation d'un accord, malgré les démentis évasifs du Kremlin.

    La Grèce espère recevoir près de 5 milliards d'euros grâce à cet accord gazier avec la Russie — somme qui pourrait aider le pays à éviter le crash financier qui pointe en raison de désaccords avec les créanciers européens concernant le programme de réformes à suivre. Les Européens, eux, envoient à Moscou des signaux controversés: Berlin salue l'aide russe à la Grèce et rêve même de créer une zone de libre-échange avec la Russie, tandis que Bruxelles s'oppose aux nouveaux itinéraires de fournitures gazières en provenance de Russie.

    Le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, n'a pas confirmé les promesses de Moscou de verser à la Grèce une avance, mais a utilisé des formulations n'écartant pas la préparation d'un accord gazier en soi.

    Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a déclaré samedi qu'il serait ravi si l'éventuelle transaction énergétique avec Moscou rapportait de l'argent à la Grèce. Mais cela ne réglerait pas les problèmes financiers du pays, affirme Deutsche Welle. Les créanciers européens demandent en effet à la Grèce d'accepter de poursuivre une politique d'austérité — même si elle n'apporte aucun résultat depuis plusieurs années. Les négociations avec les Grecs au niveau des experts devraient mener à un nouveau projet d'accord d'ici le 24 avril, date de la réunion des ministres des Finances de l'UE à Riga.

    Mais les experts russes pensent que le versement d'une avance à la Grèce est illogique. "Les parties signeront très probablement un mémorandum gazier à Athènes. Mais l'attribution de plusieurs milliards d'euros pour la construction d'un gazoduc qui n'a même pas de projet serait prématurée", estime Sergueï Pravossoudov, directeur de l'Institut de l'énergie nationale. Il n'y a pas non plus d'accord sur la construction du Turkish Stream sur le territoire turc. Ankara demande à Moscou des remises de plus en plus conséquentes sur le gaz et les pourparlers ne sont toujours pas terminés, note l'expert.

    De plus Bruxelles fait pression sur les négociations, qui veut conserver le transit du gaz russe via l'Ukraine — ce à quoi Moscou s'oppose clairement. Dans le même temps, la Russie a signé des contrats à long terme pour livrer son gaz en Europe, qui pourraient être remplis aussi bien via l'Ukraine que le nouveau Turkish Stream. C'est pourquoi les déclarations de Moscou sur la suspension du transit gazier via l'Ukraine après 2019 renforcent les positions de la Turquie et de la Grèce dans les pourparlers, qui pourraient obtenir de la Russie des conditions plus favorables.

    Dossier:
    Gazoduc Turkish Stream (94)

    Lire aussi:

    Accord gazier russo-grec: le Kremlin dément
    Spiegel: un accord gazier russo-grec signé la semaine prochaine
    Rencontre Poutine-Tsipras: Moscou prêt à approfondir sa coopération avec Athènes
    Tsipras à Moscou : une visite qui irrite l'UE
    Tags:
    gaz, Turquie, Russie, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik