Ecoutez Radio Sputnik
    Armée de l'OTAN

    Exercices militaires intenses dans les pays baltes

    © Flickr/ Wir. Dienen. Deutschland.
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)
    0 1423
    S'abonner

    Les pays baltes sont le théâtre de plusieurs exercices militaires: les plus grandes manœuvres de l'armée de l'air de l'Otan avec la participation d'avions de combat de l'Alliance, ainsi que de la Suède et de la Finlande, se terminent aujourd'hui, écrit mercredi 22 avril le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Ces exercices s'accompagnent de manœuvres de la 15e escadrille navale balte (Baltic Naval Squadron, BALTRON) en mer Baltique et le polygone estonien de Tapa accueille les exercices Tornado, auxquels participent 2 000 fantassins américains en plus des militaires estoniens.

    Tous ces mouvements s'accompagnent d'une rhétorique antirusse et d'une préparation aux exercices de plus grande envergure de l'Otan, Siil, qui se dérouleront du 4 au 15 mai en Estonie.

    L'Otan poursuit ses tentatives d'organiser une guerre hybride contre la Russie. Selon les structures officielles de l'Alliance, cette semaine en Estonie commenceront "les plus grands cyberexercices du monde", Locked Shields 2015, avec la participation de 400 représentants de 16 États. On souligne "l'utilisation de technologies réelles, de réseaux informatiques et de méthodes pour contrer les cyberattaques". Ils seront organisés par le Centre de coopération cybernétique de l'Otan de Tallinn. Ce centre est connu pour la formation de cybercombattants pour les unités de soutien médiatico-psychologique de l'armée ukrainienne, qui ont déployé une véritable guerre médiatique pour discréditer les autorités militaires et politiques russes.

    Les actions de l'Otan vis-à-vis de la Russie peuvent donc être considérées comme une provocation. Prenez l'exemple des manœuvres Siil: pendant que la Russie célébrera la Grande Victoire, 13 000 militaires de l'Alliance se concentreront près de ses frontières. C'est beaucoup étant donné que Siil a pour objectif de parer les menaces réelles émanant de Russie, comme l'a déclaré le général Ben Hodges, commandant des forces de l'Otan en Europe. Il a été soutenu par le ministre lituanien de la Défense Juozas Olekas, qui a appelé l'UE à reconnaître la Russie comme pays agresseur et a demandé à l'Otan de développer des forces de dissuasion et de défense. Le Pentagone a déjà répondu présent. Des unités blindées et aéroportées américaines sont arrivées en Estonie, en Lettonie et en Lituanie mi-mars.

    Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, avait annoncé plus tôt que l'Alliance avait décidé de déployer six centres de commandement en Europe orientale — dans les pays baltes, en Pologne, en Roumanie et en Bulgarie — pour déployer la Force de réaction rapide de l'Alliance. Cette dernière sera représentée par trois brigades de 30 000 hommes. Il s'agit de "la plus grande extension des capacités militaires de l'Otan depuis la Guerre froide", souligne Stoltenberg.

    Ce qui préoccupe forcément la Russie. En particulier le général Valeri Guerassimov, chef d'état-major des forces armées russes, a déclaré que "les défis modernes à la sécurité de notre État ne resteront pas sans réaction adéquate. Les mesures entreprises en ce sens permettent d'assurer une défense sûre des intérêts de la Russie". Selon le général, il s'agit avant tout d'un travail pour construire, développer et former l'armée et la flotte. Les forces nucléaires stratégiques sont maintenues à un niveau permettant de remplir les tâches de dissuasion nucléaire. De nouveaux missiles capables de franchir une défense antimissile échelonnée entrent en service. Le parc de bombardiers stratégiques se renouvelle. De nouveaux sous-marins nucléaires sont mis en service. La défense aérienne et spatiale se perfectionne. Un groupe autonome de forces armées a été déployé en Crimée pour protéger l'intégrité territoriale de la Russie. 

    Dossier:
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (296)

    Lire aussi:

    Le bataillon balte de l'Otan s'entraîne à "libérer Riga des occupants"
    Tags:
    cybersécurité, exercices militaires, OTAN, Estonie, Russie, pays baltes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik