Ecoutez Radio Sputnik
    Construction d'un gazoduc

    Turkish Stream: Gazprom suggère à la Grèce de trouver l'argent elle-même

    © Sputnik . Vitaly Ankov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    Gazoduc Turkish Stream (94)
    0 3810

    Gazprom a proposé à la Grèce un scénario alternatif de financement de la construction de sa portion du futur gazoduc Turkish Stream, écrit mercredi le quotidien Kommersant.

    Le holding russe est prêt à fournir des garanties de transit de 47 milliards de mètres cubes de gaz par an, mais la Grèce devra trouver l'argent pour ce projet dont le coût est estimé à 2 milliards d'euros. Athènes, qui espérait obtenir un crédit public de la Russie, ne s'empresse pas d'accepter ces conditions. Selon les analystes, les chances de la Grèce de trouver cet argent auprès des banques occidentales sont très minces pour le moment.

    Le PDG de Gazprom Alexeï Miller s'est entretenu hier avec le premier ministre grec Alexis Tsipras à Athènes. "La partie russe garantit le transit par la Grèce de 47 milliards de mètres cubes de gaz par an, ce qui permettra à la partie grecque de contracter des crédits commerciaux supplémentaires pour réaliser d'autres projets", déclare Alexeï Miller. Jusque-là, la Grèce espérait recevoir de la Russie un crédit pour ses propres fins, qu'elle comptait rembourser grâce aux paiements du transit après la construction du prolongement de Turkish Stream en Grèce. Le financement de la construction du gazoduc était une tâche à part. Mais ces conditions n'ont pas convenu à Moscou.

    Le gazoduc Turkish Stream est conçu comme une alternative au projet South Stream fermé en décembre 2014, et devrait relier la Russie à la Turquie sous la mer Noire pour arriver ensuite jusqu'à la Grèce. Le PDG de Gazprom a précisé que la construction du prolongement de Turkish Stream serait prise en charge par un groupe euro-russe. D'après lui, le coût de la portion grecque du gazoduc est évalué à 2 milliards d'euros et "sans l'ombre d'un doute" le groupe pourra trouver l'argent pour financer le projet. Autrement dit, les garanties de transit de Gazprom serviront aussi bien pour les prêts demandés par le futur propriétaire du gazoduc que pour les crédits potentiels "supplémentaires" qu'Athènes pourrait contracter à ses fins. On ignore encore si la Grèce participera à ce groupe et comment seront répartis les paiements de transit.

    Les parties n'ont pas réussi à tomber définitivement d'accord hier: de toute évidence, la partie grecque a pris la proposition de Gazprom sans enthousiasme. 

    Dossier:
    Gazoduc Turkish Stream (94)

    Lire aussi:

    Le gazoduc Turkish Stream ira-t-il jusqu'en Grèce?
    Rencontre Poutine-Tsipras: Moscou prêt à approfondir sa coopération avec Athènes
    UE: aucune alternative au gaz russe transitant par l'Ukraine
    Tags:
    Gazprom, Russie, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik