Ecoutez Radio Sputnik
    Rencontre sur l'Elbe

    Au temps où Moscou et Washington collaboraient

    © Sputnik .
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    0 222
    S'abonner

    Dans le contexte actuel de confrontation entre Moscou et Washington, il est important de rappeler la coopération entre l'URSS et les USA pendant la Seconde Guerre mondiale, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

    Tel était le leitmotiv de la conférence "70e anniversaire de la rencontre sur l'Elbe" hier à Moscou avec la participation de diplomates, de militaires et d'experts des deux pays. Les participants au forum pensent que la confrontation actuelle pourrait être plus dangereuse que la Guerre froide et ont appelé à réanimer la coopération entre les militaires russes et otaniens pour empêcher des incidents lors des manœuvres, devenues plus fréquentes, effectuées non loin des frontières de la Russie.

    Selon Dmitri Trenine, directeur du Centre Carnegie de Moscou, la crise actuelle dans les relations entre Moscou et Washington est "très aiguë et grave". Il ajoute que ses conséquences pourraient être plus dangereuses que celles découlant des divergences pendant la Guerre froide.

    Selon l'ambassadeur des USA en Russie, John Tefft, la rencontre sur l'Elbe a eu une importance plus symbolique que militaire. "Bien que les systèmes économiques et politiques des USA et de l'URSS aient été différents pendant la Seconde Guerre mondiale, nous pouvions coopérer à l'époque pour atteindre un objectif suprême — vaincre l'Allemagne nazie. Et même si par la suite les relations entre nos pays sont entrées en phase de guerre froide, Moscou et Washington ont réussi à éviter un conflit direct pendant un demi-siècle de tension géopolitique", rappelle-t-il.

    Le discours le plus touchant a été prononcé par l'ex-ambassadeur des USA en Russie, John Byerly, dont le père est pratiquement l'unique soldat à avoir combattu contre les Allemands dans l'armée américaine puis dans l'armée soviétique. "Joseph Byerly a participé au Débarquement de Normandie mais il a été fait prisonnier par les Allemands. Six mois plus tard (en janvier 1945) il a réussi à s'enfuir du camp de concentration où il était détenu en Pologne. Le soldat est allé vers l'Est où il a rencontré une brigade blindée soviétique en franchissant la ligne de front. Il s'est avancé les mains en l'air en disant "Je suis un camarade américain!". Joseph Byerly a réussi à convaincre le commandement de la brigade à l'autoriser de rester pour combattre au sein de l'Armée rouge. "On lui a donné un pistolet mitrailleur PPSh-41, qui était bien plus fiable que la Thompson américaine selon ses dires", a raconté John Byerly. Et de poursuivre: "Mais mon père était à bord d'un char américain Sherman, qui était arrivé au sein du bataillon soviétique dans le cadre du programme d'aide aux alliés Prêt-Bail (lend-lease).

    John Byerly a noté que la Russie et les USA avaient encore des ennemis communs, comme le terrorisme international. Toutefois, les participants à la conférence ne se sont pas faits d'illusions sur un règlement rapide de la crise actuelle. Certains intervenants ont tout de même appelé à réanimer la coopération entre les militaires russes et otaniens pour empêcher des incidents au cours des exercices militaires, de plus en plus fréquents actuellement.

    Lire aussi:

    Cérémonie en mémoire de la jonction des Alliés sur l'Elbe dans le cimetière américain d'Arlington
    62e anniversaire de la rencontre des Alliés sur l'Elbe: dépôt de couronnes au cimetière d'Arlington
    Le congrès US en pleine propagande de guerre contre la Russie
    USA-Russie: une deuxième "guerre froide" a commencé (expert)
    Tags:
    histoire, guerre froide, Jonction sur l'Elbe 1945, Seconde Guerre mondiale, John Tefft, Dmitri Trenine, URSS, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik