Ecoutez Radio Sputnik
    Fumio Kishida (à gauche) et Gen Nakatani (2e à gauche) lors de la rencontre avec John Kerry (3e à droite) et Ashton Carter (pas visible)

    Les forces armées japonaises pourront aider les USA

    © REUTERS/ Seth Wenig
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    0 822

    Le Japon et les USA ont revu les conditions de leur coopération militaire à la veille de la visite du premier ministre Shinzo Abe à Washington: sans enfreindre le caractère pacifique de la Constitution japonaise, les forces armées des deux pays pourront coopérer au-delà des frontières du Japon, écrit mercredi Nezavissimaïa gazeta.

    RQ-4 Global Hawk
    © AP Photo/ Northrop Grumman via U.S. Navy, Erik Hildebrandt
    Selon les nouveaux accords, les forces japonaises d'autodéfense pourront agir en dehors du pays et aider les Américains si ces derniers étaient agressés. Elles seront autorisées à envoyer des dragueurs pour neutraliser les mines au Moyen-Orient ou éliminer des missiles visant les USA. Le nouvel accord a été annoncé par le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida, avec le secrétaire d'État John Kerry, et le ministre japonais de la Défense Gen Nakatani avec son homologue américain Ashton Carter.

    Le nouvel accord a été rendu possible par les réformes de juillet 2014, quand le cabinet de Shinzo Abe a élargi les pouvoirs d'autodéfense en modifiant la notion d'autodéfense collective permettant aux forces japonaises d'agir en dehors du pays non seulement pour remplir des tâches logistiques, mais aussi pour protéger les intérêts des alliés proches. Les experts notent que tout accroissement de la puissance militaire du Japon irait à l'encontre de la Constitution, adoptée il y a 70 ans après la Seconde Guerre mondiale.

    Les forces armées du Japon sont présentées comme une institution d'"autodéfense" et n'ont pas, formellement, de caractère militaire. L'appellation "armée" n'est pas employée en tant que telle et les tâches qu'elle peut remplir sont limitées. Jusqu'à récemment, les forces d'autodéfense n'étaient autorisées qu'à parer les menaces sur le territoire japonais et à participer au règlement des situations d'urgence. En dépit d'un statut juridique modeste, des sommes conséquentes sont allouées au développement des forces japonaises — elles font partie du top-10 des forces les mieux armées au monde.

    John Kerry a résolument soutenu son allié du Pacifique en déclarant que les USA reconnaîtraient le contrôle des îles Senkaku (Diaoyutai) contestées au profit des Japonais. Ce litige perdure depuis plus de vingt ans — il a déjà provoqué le rappel d'ambassadeurs et des pogroms antijaponais en Chine. Une alliance militaire étroite entre Tokyo et Washington permet de dissuader la Chine de régler le litige par la force. La défense antiaérienne chinoise peut déjà contrôler le ciel au-dessus des îles Senkaku et Pékin a déjà envoyé à plusieurs reprises des navires de reconnaissance et d'escorte dans les eaux considérées comme territoriales par le Japon.

    Lire aussi:

    Asie-Pacifique: Tokyo prône le resserrement de l'alliance avec les USA
    Partenariat transpacifique: la nouvelle ruse de Washington
    Le Japon prêt à tenir tête aux revendications de la Chine
    Tags:
    défense, Ashton Carter, Gen Nakatani, Fumio Kishida, John Kerry, Chine, Îles Senkaku (Diaoyutai), États-Unis, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik