Lu dans la presse
URL courte
Par
0 333
S'abonner

Alors que l'an dernier, le pays était encore considéré comme le "meilleur élève" du programme Partenariat oriental et se disait prêt à revendiquer le statut de pays candidat à l'UE, le sommet des pays membres prévu à Riga les 21 et 22 mai pourrait être une grande défaite pour la Moldavie, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

En effet, la déclaration finale du sommet ne mentionnera pas la perspective européenne de la république.

La Roumanie a pourtant tenté de venir en aide aux autorités moldaves: le ministre roumain des Affaires étrangères Bogdan Aurescu a déclaré qu'au sommet de Riga, l'UE devait offrir une perspective européenne claire aux États souhaitant intégrer l'UE: "Ce sommet doit fixer les succès dans la réalisation des accords d'association. Il est primordial que le sommet de Riga et la déclaration finale reflètent le soutien de l'UE aux pays du Partenariat oriental dans la mise en œuvre des accords d'association et de libre-échange".

Mais la voix de la Roumanie ne pèse pas lourd en UE. Ces derniers temps, Bruxelles préfère plutôt critiquer la Moldavie que la complimenter. Le président du Conseil européen Donald Tusk, qui s'est rendu à Chisinau fin avril, a laissé entendre qu'il y avait un trop grand nombre de problèmes dans le pays pour pouvoir évoquer l'adhésion. Tusk a suggéré aux autorités locales de réformer le système juridique et d'intensifier la lutte contre la corruption. De plus, il préconise sans délai de réformer le secteur financier pour surmonter la crise bancaire qui touche le pays.

En effet, Chisniau a récemment traversé un scandale, quand 1 milliard de dollars est sorti des trois plus grandes banques locales. Cette affaire a nui sérieusement à l'image des autorités moldaves. Les mésaventures ont continué la semaine dernière: les médias moldaves ont publié le rapport de la Banque mondiale consacré au climat d'affaires dans le pays, dont le diagnostic n'est pas rassurant. Le document stipule que le montant des pots de vin augmente, que le nombre de vérifications des entreprises par les autorités de contrôle s'accroît, que la confiance en la justice chute. Le résumé du rapport tire la conclusion suivante: le rythme des réformes et des améliorations est incompatible avec l'aspiration de la Moldavie à l'intégration européenne. "Le pays a beaucoup de retard sur ses concurrents régionaux et mondiaux", constatent les experts de la BM.

Lire aussi:

Partenariat oriental: le sommet de Riga ne sera pas antirusse
L'UE et la Biélorussie engagent un dialogue amical
UE: pas de levée des visas pour l'Ukraine et la Géorgie au sommet de Riga
Les États-Unis accusent la Russie de désinformation sur le coronavirus, Moscou réagit
Tags:
Partenariat oriental, Union européenne (UE), Roumanie, Moldavie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook