Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov (à gauche) et Ivica Dacic

    La Russie et l'Occident en lutte pour la Serbie

    © AFP 2018 OLIVER BUNIC
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    11431

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivé hier à Belgrade: malgré le format standard de son entretien d'aujourd'hui avec les autorités serbes, cette visite a une importance primordiale, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

    Elle intervient au moment où s'intensifie la lutte pour la Serbie entre l'Occident et la Russie. La direction que prendra ce pays clé des Balkans dépendra en grande partie de l'issue de cette confrontation.

    Sergueï Lavrov
    © Sputnik . Michail Klimentyev
    La visite de Sergueï Lavrov a Belgrade avait été convenue par téléphone avec son homologue serbe Ivica Dacic mi-avril. Le ministre russe s'entretiendra également avec le président serbe Tomislav Nikolic et le premier ministre Aleksandar Vucic. Le ministre Dacic a assuré que la venue de Lavrov n'avait rien à voir avec la visite du premier ministre prévue à Kiev en juin.

    La conversation téléphonique entre les deux ministres avait suivi de peu la visite de l'ambassadeur des USA à Belgrade, Michael Kirby, qui s'était entretenu avec le premier ministre serbe. L'ambassadeur avait remis à Alexandar Vucic l'invitation du vice-président américain Joe Biden de se rendre à Washington fin mai-début juin. Des sources diplomatiques occidentales à Belgrade ont laissé entendre que l'invitation du premier ministre serbe à Washington était due à la crainte des USA concernant le renforcement de l'influence russe en Serbie et dans les Balkans en général après la décision du président Nikolic d'assister au défilé de la Victoire à Moscou avec des gardes serbes. "Des visites interétatiques de ce genre se préparent six mois-un an à l'avance. Alors qu'aujourd'hui tout va très vite", explique une source.

    Bien que Belgrade reste officiellement neutre, on constate un sérieux progrès dans ses relations avec l'Otan: la Serbie a signé en mars avec l'Alliance un Plan d'action individuel pour le partenariat (IPAP), qui implique notamment que l'Otan utilise si besoin l'infrastructure militaire de Serbie. Belgrade s'est également rapproché de l'UE puisque la Serbie a adhéré en avril au mécanisme de protection civile de l'UE, après quoi les perspectives d'élargissement du Centre humanitaire russo-serbe de Nis sont devenues très floues.

    Tout cela, y compris l'invitation hâtive du premier ministre serbe aux USA, n'a pas échappé à Moscou. L'ambassadeur de Russie Alexandre Tchepourine a rendu visite au premier ministre Vucic fin avril pour lui remettre l'invitation de son homologue Dmitri Medvedev à se rendre prochainement en Russie. D'ici là, Sergueï Lavrov s'entretiendra avec les dirigeants serbes, après quoi les repères de politique étrangère de Belgrade seront plus clairs.

    Lire aussi:

    Chef de la diplomatie serbe: le « deux poids, deux mesures » ternit les relations internationales
    Serbie : recrudescence de cancers due aux bombardements de l’OTAN
    L’UE force-t-elle les Balkans à choisir entre l’Occident et la Russie?
    Tags:
    OTAN, Sergueï Lavrov, Serbie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik