Ecoutez Radio Sputnik
    Tir d'un lanceur Proton-M

    Crash de la fusée Proton: à qui la faute?

    © Sputnik . Oleg Urusov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    0 1012

    Après le lancement raté de la fusée Proton samedi, la commission de l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) chargée de l'enquête est à pied d’œuvre. La fabrication de la fusée, y compris les moteurs du Proton, fera l'objet d'une expertise complète.

    Les experts suivent plusieurs pistes mais la plus vraisemblable est celle d'un dysfonctionnement des moteurs verniers du troisième étage. Selon certaines sources, ces moteurs ont été fabriqués en 2013 et on ignore pourquoi ces lacunes sont passées à travers le filtre des contrôles.

    "L'un des éventuels facteurs ayant pu entraîner l'accident pourrait être la qualité insuffisante du contrôle technique. C'est pourquoi les experts se rendront dans les usines pour examiner toute la chaîne technologique. Mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives", explique une source du secteur spatial.

    La fusée Proton-M transportant un satellite mexicain de télécommunications MexSat-1 a décollé du cosmodrome de Baïkonour le 16 mai à 08h47, heure de Moscou. Le satellite devait se retrouver à environ 36.000 km d'altitude, en orbite géostationnaire. Cependant, à la 497e seconde de vol, à 161 km d'altitude, un accident s'est produit. Le bloc d'accélération Breeze-M et le satellite ne se sont pas détachés du troisième étage de la fusée-porteuse. Le troisième étage, le bloc d'accélération et le satellite se sont presque entièrement consumés dans les couches denses de l'atmosphère. Le ministère russe des Situations d'urgence et le Service fédéral russe de contrôle pour les droits des consommateurs et le bien-être de l'homme (Rospotrebnadzor) ont procédé aux vérifications: aucune trace du crash du Proton n'a été constatée au sol, aucun préjudice n'a été infligé à l'homme et à l'environnement.

    Pour la partie matérielle, le satellite et son lanceur étaient entièrement assurés. Le prochain lancement du Proton avec un satellite commercial était prévu fin mai mais on ignore s'il sera maintenu — cette décision reviendra à la commission d'enquête.

    Il s'agit du second incident spatial survenu samedi dernier. Quelques heures plus tôt les spécialistes n'avaient pas réussi à corriger l'orbite de la Station spatiale internationale (ISS): les moteurs du cargo Progress arrimé à l'ISS n'avaient pas démarré. Selon le responsable du vol du segment russe de l'ISS Vladimir Soloviev, dans l'ensemble la commission a pratiquement réussi à en comprendre la cause. La prochaine manœuvre destinée à remonter l'orbite de l'ISS de 2,8 km est prévue dans la nuit du 17 au 18 mai.

    Les spécialistes n'ont pas encore réussi à déterminer définitivement les causes de l'accident du cargo spatial Progress M-27M survenu le 28 avril. Selon le chef de la commission Igor Komarov, le réservoir d'oxydant et le réservoir de carburant du troisième étage se seraient dépressurisés. Le groupe de travail devra en découvrir la raison d'ici le 22 mai.

    Lire aussi:

    Fusées Proton: le nombre de tirs divisé par deux (ILS)
    Premier tir d'un lanceur russe Proton-M en 2015
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    espace, Progress (cargo), MexSat-1, Proton-M, ISS, Holding spatial russe Roscosmos, Igor Komarov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik