Ecoutez Radio Sputnik
    Travailleurs migrants

    David Cameron présente son plan de lutte contre l'immigration

    © East News. Justin Tallis
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par Kommersant
    0 182
    S'abonner

    Le premier ministre britannique David Cameron a présenté son plan pour réduire l'afflux d'immigrés dans le pays, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

    Ce premier discours prononcé depuis sa réélection visait à montrer que ce problème, qu'il n'avait pas réussi à régler au cours de son premier mandat, serait désormais au centre de l'attention des ministres. Si les mesures de lutte contre les clandestins du Tiers monde ne suscitait pas d'objections de l'UE, le durcissement prévu des règles encadrant la main d'œuvre immigrée en provenance des pays de l'UE pourrait tourner au conflit entre Londres et Bruxelles.

    Après sa victoire aux législatives du 7 mai, David Cameron avait promis de rendre la Grande-Bretagne "encore plus grande". "Un pays fort n'est pas celui qui lève les ponts, mais celui qui contrôle l'immigration", annonçait le premier ministre.

    Son intervention coïncidait avec la publication des nouvelles statistiques montrant que même si le durcissement de la politique d'immigration était l'une des priorités du premier gouvernement de Cameron, aucun succès notable n'avait été atteint. Au contraire. En 2014, l'immigration nette (différence entre les arrivants et les partants) s'élevait à 318 000 personnes — seulement 2 000 de moins par rapport au record établi en 2005 par le gouvernement travailliste. Rappelons que pendant la campagne de 2010 les conservateurs avaient promis, en cinq ans, de réduire ce chiffre à 100 000 personnes.

    Pour l'opposition britannique, les nouvelles statistiques prouvent "l'échec catastrophique" de la politique migratoire des autorités.

    La secrétaire à l'Intérieur Theresa May a confirmé hier qu'une immigration nette à hauteur de 100 000 personnes par an restait l'objectif du gouvernement. Plusieurs mesures sont prévues pour y parvenir. Parmi celles-ci — la reconnaissance du travail clandestin comme un délit pénal, l'octroi à la police du droit de confisquer les salaires des immigrants clandestins, le durcissement des sanctions pour leurs employeurs, l'utilisation de balises GPS avec les transgresseurs pour prévenir leur fuite. L'adoption du principe "la déportation d'abord, l'appel ensuite" est censée devenir un "grand pas en avant", selon David Cameron.

    Le gouvernement britannique n'est pas seulement préoccupé par les immigrés du Tiers monde. Durant son premier mandat déjà, David Cameron prônait la restriction de l'immigration de travail d'autres pays de l'UE. Il est désormais temps d'agir, d'après lui. En particulier, les conservateurs ont l'intention d'adopter une loi pour expulser les immigrés européens n'ayant pas réussi à trouver un travail légal en six mois, ainsi que d'interdire aux ressortissants d'autres pays de bénéficier des prestations sociales durant les quatre premières années de leur séjour au Royaume-Uni.

    Lire aussi:

    GB: un leader eurosceptique appelle à réduire la pression migratoire
    L'Europe face au problème de l'immigration
    L'UE veut une meilleure répartition des immigrés entre ses pays-membres
    Tags:
    migrants, immigration, David Cameron, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik