Ecoutez Radio Sputnik
    Île artificielle, Chine

    Chine-USA: la tension est à son comble

    © REUTERS / U.S. Navy
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    11129
    S'abonner

    Les deux plus grandes puissances économiques mondiales sont au seuil d'un conflit armé.

    Washington exige que Pékin cesse de construire des îles artificielles et envoie des avions espions en mer de Chine méridionale. "La Chine ne cédera pas à la pression et doit se préparer à la confrontation", appelle le quotidien diffusé par le Comité central du Parti communiste chinois, Renmin Ribao. Cependant, dans le litige au sujet de l'archipel Senkaku (Diaoyudao) contrôlé par le Japon, Pékin et Washington ont tout de même trouvé un compromis.

    Peng Guantsyan, spécialiste de la stratégie militaire à l'Académie des sciences militaires de l'armée chinoise, écrit que Washington "provoque sciemment Pékin en envoyant ses forces militaires à des milliers de kilomètres, près des côtes chinoises" et que "la Chine est contrainte de réagir". Elle a notamment brouillé les drones américains Global Hawk qui avaient récemment survolé les îles Nansha (Spratleys).

    "Si les USA insistent absolument pour que la Chine cesse ses activités, alors une guerre sino-américaine en mer de Chine méridionale est inévitable. Le conflit pourrait dépasser, en intensité, ce qu'on appelle en général des frictions", prédit le quotidien chinois.

    Les autorités chinoises ont décidé de ne pas rester silencieuses. Le ministère des Affaires étrangères chinois a notamment averti que l'espionnage américain des récifs et des îles représentait une menace pour la paix. La Chine a également exprimé son profond mécontentement au sujet du vol de reconnaissance près des récifs contestés la semaine dernière.

    Chaque partie avance ses arguments. L'issue du litige dépendra de leur détermination à poursuivre cette guerre des nerfs — et de celui qui cédera. Il existe peut-être une solution intermédiaire, mais difficile de dire laquelle, explique Alexandre Larine de l'Instit de l'Extrême-Orient affilié à l'Académie des sciences de Russie.

    "Il convient d'étudier l'exemple des îles Senkaku (Diaoyudao) en mer de Chine orientale, qui sont contrôlées par le Japon. Elles sont revendiquées par la Chine. Les avions militaires américains survolaient cette zone mais ont cessé de le faire. En l'occurrence, c'est les USA qui avaient cédé. Ils ont proposé à leurs avions civils de s'abstenir des vols au-dessus des îles Senkaku et la gravité du conflit avait pu être apaisée. Il faut espérer que cette fois encore l'escalade pourra être évitée", conclut l'expert.

    La Chine revendique la majeure partie de la mer de Chine méridionale, par laquelle transitent chaque année 5 000 milliards de dollars de marchandises, selon l'agence de presse Reuters. Une partie des îles est également revendiquée par les Philippines, le Viêt Nam, la Malaisie, Taïwan et Brunei. 

    Lire aussi:

    Le Japon prêt à tenir tête aux revendications de la Chine
    Asie-Pacifique : course aux armements et risques de guerre
    Tags:
    îles Spratleys, Alexandre Larine, Peng Guantsyan, mer de Chine orientale, Japon, Îles Senkaku (Diaoyutai), États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik