Lu dans la presse
URL courte
Par
4542
S'abonner

La Commission européenne (CE) a dévoilé mercredi son plan pour gérer l'afflux d'immigrés d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, écrit jeudi le quotidien Kommersant.

Il est prévu de déplacer d'ici deux ans les 40.000 réfugiés arrivés en Grèce et en Italie vers d'autres pays européens, principalement l'Allemagne, la France et l'Espagne. Paris et Madrid se sont déjà opposés à cette initiative. Toutefois, la Commission européenne ne renoncera pas à ses intentions et qui plus est, pourrait à terme utiliser ce mécanisme pour placer dans les pays de l'UE les réfugiés d'autres régions, y compris originaires de l'ex-URSS.

Les pays qui accueilleront les immigrés recevront une aide financière de Bruxelles: 6.000 euros seront alloués à la prise en charge de chaque réfugié, sur un total de 240 millions d'euros. Ces dépenses sont prises en compte dans le projet de budget de l'UE pour 2016, rendu public hier par la Commission européenne. Dans l'ensemble, il est suggéré d'allouer l'an prochain 833 millions d'euros aux problèmes d'immigration.

Selon les plans de Bruxelles, 22% des réfugiés seront envoyés en Allemagne, 17% en France, 11% en Espagne, 7% en Pologne et 5% aux Pays-Bas. Le quota a été défini selon une formule spéciale tenant compte de la population, du PIB et du taux de chômage, ainsi que du nombre de réfugiés déjà accueillis.

Ces projets ont déjà provoqué l'indignation de plusieurs pays de l'UE. Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo a rappelé que le taux de chômage dans son pays approchait 24% et qu'il n'y avait donc déjà pas de travail pour les habitants. La secrétaire britannique à l'Intérieur Theresa May suppose que ce système jouerait uniquement en faveur de ceux qui alimentent le trafic de réfugiés en Europe. Le premier ministre hongrois Viktor Orban qualifie l'idée de Bruxelles de "folle et injuste". La France, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et les pays baltes se sont également opposés aux quotas. Tandis que l'Allemagne soutient cette initiative. Le plan de la CE sera examiné à l'une des prochaines réunions du Conseil de l'UE.

Mais il est peu probable que cette proposition aide réellement à régler le problème: le déplacement de 40 000 personnes risque d'être noyé dans l'ensemble des requêtes d'asile dans les pays de l'UE (presque 627/000 l'an dernier). L'ampleur du problème est d'autant plus visible si l'on consulte les prévisions des garde-côtes grecs. Athènes estime que dans les années à venir environ 2,5 millions de migrants du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord pourraient tenter de traverser illégalement la Méditerranée pour arriver en UE.

Lire aussi:

Malaisie: 139 fosses de migrants découvertes dans le nord
L'Allemagne invitée à accueillir la plupart des réfugiés d'Afrique du Nord
David Cameron présente son plan de lutte contre l'immigration
Tensions et gros incendie aux abords de la gare de Lyon à Paris - vidéos
Tags:
migrants, immigration, Union européenne (UE), José Manuel García-Margallo, Espagne, Italie, Grèce, Pologne, France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook