Ecoutez Radio Sputnik
    Un activiste proteste près du lieu de rencontre de Bilderberg Group

    Club Bilderberg: le vrai sommet mondial

    © AP Photo /
    Lu dans la presse
    URL courte
    0 330

    Le groupe Bilderberg est beaucoup plus confidentiel que le G7 ou les Brics et pourtant, ses réunions sont celles qui rassemblent les personnalités les plus puissantes et les plus influentes du monde: à l'heure où s'ouvre sa réunion annuelle, jetons un œil sur la liste des invités avec la BBC, ce jeudi 11 juin.

    our avoir accès à la réunion de quatre jours du club Bilderberg il faut y être invité. Surtout, le carton d'invitation signifie que vous êtes un grand homme politique, un important homme d'affaires, un haut responsable ou simplement un individu important dont l'avis compte dans le monde.

    Parmi les 133 invités réunis cette semaine en Autriche à Telfs-Buchen, on compte 21 hommes politiques dont le ministre britannique des Finances George Osborne et l'ex-ministre britannique des Finances Ed Balls.

    À cette conférence seront également présents la conseillère du président américain Barack Obama pour les finances et l'économie Laurence Boone, le premier ministre néerlandais Mark Rutte et le président autrichien Heinz Fischer.

    L'absence de la directrice du FMI Christine Lagarde, présente à la dernière réunion, pose question.

    Les sociétés technologiques sont représentées par six spécialistes, dont le président du conseil d'administration de Google Eric Schmidt et deux autres membres de la direction de cette société. Cette représentation aussi large de Google s'explique par l'ordre du jour de la réunion: l'intelligence artificielle.

    Les critiques du club affirment que le but de ces réunions est bien plus malsain et il existe de nombreuses théories conspirationnistes à ce sujet.

    Les centres de recherche et les lobbys ont envoyé 14 personnes en Autriche. La liste de Bilderberg contient autant de représentants du milieu académique.

    Parmi les thèmes qui devraient être soulevés cette fois figurent la sécurité — y compris la propagation des armes chimiques — le Moyen-Orient, l'Iran, le terrorisme, l'Otan et la sécurité cybernétique.

    On relève aussi la présence de l'ex-premier ministre français Alain Juppé, qui a dû quitter la politique pendant un an en 2014 après le scandale concernant le financement illégal de son parti. Certains estiment qu'il pourrait être le prochain président français.

    31 personnes représenteront le monde de la finance, 18 l'industrie et le transport. La plupart des noms dans cette catégorie sont inconnus du grand public. On y reconnaît tout de même le patron de la compagnie aérienne Ryanair Michael O'Leary, connu pour ses déclarations publiques très franches.

    Malheureusement pour lui, il ne pourra pas évoquer avec la presse ce qui se passe à la réunion. Cette dernière est strictement réglementée par la Règle de Chatham House: les journalistes et autres observateurs peuvent utiliser les informations obtenues mais n'ont pas le droit de citer les noms ni les organisations ou les structures représentées par les intervenants et d'autres participants.

    Les USA sont représentés à cette réunion par 33 invités, 12 pour le Royaume-Uni, 10 pour la France et 9 pour l'Autriche. Au total, 22 pays seront représentés.

    La liste complète des participants à la réunion du groupe Bilderberg est disponible sur son site officiel — http://www.bilderbergmeetings.org/participants2015.html.

    Lire aussi:

    George Soros, architecte du chaos
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Platini placé en garde à vue pour corruption sur la Coupe du monde au Qatar
    Téhéran répond aux déclarations des USA qui menacent l’Iran d’une guerre
    Tags:
    Club Bilderberg, G7, BRICS, Fonds monétaire international (FMI), OTAN, Michael O'Leary, Ed Balls, George Osborne, Eric Schmidt, Mark Rutte, Alain Juppé, Christine Lagarde, Barack Obama, Telfs-Buchen, Proche-Orient, Royaume-Uni, Autriche, Iran, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik