Ecoutez Radio Sputnik
    Croissant musulman

    France: transformer les églises vides en mosquées?

    © Sputnik . Ruslan Krivobok
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    51157

    Le président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, a proposé de mettre à disposition de ses coreligionnaires les églises vides: depuis, les débats font rage dans l'Hexagone, écrit vendredi le quotidien Kommersant.

    Cette initiative a été très mal accueillie par les représentants politiques français, notamment de droite.

    "Nous avons le même Dieu, des rites voisins, fraternels, et je pense que musulmans et chrétiens peuvent coexister et vivre ensemble", a déclaré Dalil Boubakeur sur Europe 1, avant de citer en exemple la ville de Clermont-Ferrand où une chapelle inoccupée a été mise à disposition des musulmans. Selon lui, les mosquées manquent cruellement en France: les quelque 5 à 7 millions de musulmans vivant sur le territoire français doivent se contenter de seulement 2 200 mosquées. Selon le président du Conseil français du culte musulman, il faut en ouvrir encore autant d'ici deux ans.

    La droite a très mal accueilli l'initiative de Dalil Boubakeur. "2 200 mosquées d'ici 2017 — c'est trois mosquées par jour, une toutes les huit heures. Ce sera le plus grand chantier de France", ironise le vice-président du Front national Florian Philippot. Le prêtre et blogueur Pierre-Hervé Grosjean a noté: "Une église, ce n'est pas qu'un bâtiment. C'est l'âme d'un village, d'une ville". Il a souligné que les Français pouvaient "reprendre la situation en mains" en allant simplement à l'église, pour que les lieux de culte ne restent pas vides et ne séduisent pas les représentants d'autres religions avec de "fausses bonnes solutions".

    La période de "deux ans" mentionnée par Dalil Boubakeur n'est pas un hasard. L'élection présidentielle française se tiendra en 2017 et c'est aujourd'hui que les musulmans ont l'opportunité d'annoncer le prix de leur soutien. L'intervention de Dalil Boubakeur s'est tenue dans le contexte d'une série d'actions entreprises par les politiciens pour normaliser leurs relations avec la communauté islamique. La conférence "Dialogue musulman" s'est ouverte à Paris, où les autorités ont tenté de réunir 150 représentants des musulmans français de toutes branches. Le premier ministre Manuel Valls a annoncé à son inauguration que "l'Islam est en France pour y rester. C'est la deuxième religion de notre pays. Il faut donc mener le combat des consciences et faire jaillir au grand jour ce qu'est la réalité de l'Islam en France".

    Valls souhaite que ce soit la France, et non les pays arabes, qui finance la construction des mosquées. Il a également l'intention d'allouer des fonds pour la formation des imams.

    De son côté, l'opposition (notamment le parti Les Républicains) a initié une série de consultations avec les représentants de l'Islam. La droite cherche ainsi à renverser la situation de la dernière présidentielle, quand la majorité des musulmans avait préféré François Hollande à son rival Nicolas Sarkozy.

    Lire aussi:

    France: hausse du nombre de conversions à l'islam
    Plus de 25.000 étrangers dans les rangs djihadistes
    Dans la peau d'une femme de djihadiste
    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    Tags:
    christianisme, musulmans, islam, religion, Dalil Boubakeur, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik