Ecoutez Radio Sputnik
    Barack Obama

    Obama reconnaît l'inefficacité des frappes contre l'EI

    © AP Photo/ Saul LOEB
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    172363230

    En dévoilant lundi la nouvelle stratégie de lutte contre l'organisation extrémiste État islamique, le locataire de la Maison blanche a de facto reconnu que les frappes aériennes ne suffisaient pas pour venir à bout des radicaux.

    "Il ne doit pas y avoir seulement des efforts militaires. Une idéologie ne peut être vaincue par les armes", a déclaré le président américain Barack Obama.

    Et de poursuivre: "C'est plus qu'une bataille pour les esprits et les cœurs, ce sera une bataille pour les générations". D'après lui, Washington intensifiera ses efforts pour empêcher l'embrigadement d'extrémistes dans les rangs de l'EI sur internet et appelle les pays ayant une population majoritairement musulmane à accroître les opportunités économiques pour les jeunes, séduits par l'organisation terroriste qui met l'accent sur le chômage.

    Le président américain a également laissé entendre que l'aviation de la coalition continuerait à observer et à bombarder les raffineries et les gisements pétroliers et gaziers utilisés par les extrémistes pour leur financement.

    A la surprise générale et, selon les experts, certainement sous la pression de l'aile militaire de son administration, Obama a tenu des propos très durs à l'égard du président syrien Bachar al-Assad. Il a laissé entendre que le seul moyen de mettre un terme au conflit intérieur en Syrie était la formation d'un nouveau gouvernement, sans le président actuel ni son entourage.

    Comme le note NBC News, l'administration Obama est persuadée que l'EI perd du terrain. Les militaires locaux soutenus par la coalition ont réussi à déloger les extrémistes de certaines positions clés en Irak, y compris le barrage de Mossoul, Kirkouk, Tikrit, ainsi qu'une grande partie du nord de la Syrie.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Obama envoie 450 conseillers militaires de plus en Irak
    Coalition anti-EI: les six F-16 belges achèvent leur mission
    Le Royaume-Uni pourrait rejoindre la coalition anti-EI en Syrie
    Kremlin: la Syrie, acteur important dans la lutte contre l'EI
    Tags:
    Etat islamique, Barack Obama, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik