Lu dans la presse
URL courte
Par
3317
S'abonner

Selon l'Office fédéral de protection de la Constitution d'Allemagne, le nombre d'actes de violence commis par des extrémistes de droite a augmenté de 24% en un an dans le pays, écrit jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Dans le même temps, le procès de l'organisation d'extrême-droite Mouvement allemand de résistance se poursuit au tribunal de Munich depuis trois ans, et la Cour constitutionnelle de Karlsruhe ne s'empresse pas d'interdire le parti national-démocrate néonazi.

A Berlin, un professeur de musique de 48 ans a franchi jeudi dernier la clôture de la Chancellerie fédérale pour lancer un cocktail Molotov sur le bâtiment. Il a été maîtrisé par les forces de l'ordre. Pendant la perquisition à son domicile les policiers ont découvert des affiches du mouvement de résistance d'extrême-droite. L'enquête a établi qu'il avait tenté de brûler l'Adenauer-Haus, où siège la direction de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), plusieurs bâtiments du Bundestag et même le palais présidentiel de Bellevue de la même manière. Les incendies avaient été éteints sans causer de dommages. Mais on n'aura probablement pas de détails.

Le terroriste supposé a été découvert mort dans sa cellule de Moabit. Il se serait suicidé, selon la version officielle. Mais on ignore encore ce qu'est ce "mouvement de résistance" et s'il n'y a pas en réalité tout un groupe derrière le "musicien".

Les autorités fédérales reconnaissent une hausse des violences et des provocations du milieu d'extrême-droite. Selon le rapport de l'Office fédéral de protection de la Constitution d'Allemagne, présenté récemment par le ministre de l'Intérieur Thomas de Maizière et le directeur de l'Office Hans-Georg Maassen, le nombre de violences commis par des extrémistes de droite a augmenté de 24% pour atteindre 990. Elles visent avant tout des immigrés.

Le gouvernement ne peut évidemment pas se permettre de fermer les yeux. Le député de la fraction CDU/CSU Stephan Mayer a déclaré dans une interview accordée à Bild-Zeitung que la hausse des violences d'extrême-droite était alarmante: "L'État doit clairement montrer son intolérance envers toute forme d'extrémisme". Le premier ministre de Saxe Stanislaw Tillich qualifie le racisme de honte et appelle à faire front contre de tels phénomènes.

Lire aussi:

Allemagne: les anti-islamistes haussent le ton
L'immigration divise l'Europe
Un «tueur de chiens» vivant dans l’eau découvert sur une plage australienne - photo
Litres d’eau, nourriture: quels produits acheter et stocker en cas de pandémie?
Tags:
violences, extrémisme, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook