Ecoutez Radio Sputnik
    Arctique

    L'Arctique déclarée zone de pêche interdite

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Arctique, territoire de dialogue (131)
    0 292
    S'abonner

    La Russie, les USA et les autres pays du Conseil de l'Arctique – le Danemark, l'Islande, le Canada, la Norvège, la Finlande et la Suède – ont interdit la pêche dans les eaux neutres de l'Arctique.

    La signature de cet accord avait été reportée il y a un an à cause des événements en Ukraine. Les observateurs pensent qu'au-delà des objectifs environnementaux, des motivations politiques auraient également poussé l'adoption de ce texte: les USA et la Russie chercheraient ainsi des moyens de se rapprocher.

    Bâtiments de guerre russes en Arctique
    © Photo. Service de presse de la Flotte russe du Nord
    Les pays du bassin Arctique viennent de signer un accord sur l'interdiction de pêcher dans la région de fonte des glaces du Pôle nord. L'interdiction concerne les eaux neutres, territoire situé au-delà de la zone économique de 200 miles où chaque pays bordant l'océan Arctique a le droit de pêcher conformément à la Convention sur le droit de la mer de 1982. Les pays signataires de l'accord ont également appelé les autres pays à renoncer à pêcher dans cette zone.

    Selon les experts interrogés par l'agence de presse Reuters, à l'heure actuelle cette région ne contient pas de réserves de poisson économiquement valables. Néanmoins, à cause de la fonte des glaces en Arctique, sa calotte glaciaire s'est réduite de 40% en 2012 par rapport à sa taille maximale, et l'eau réchauffée pourrait attirer des poissons des régions plus méridionales. Le directeur de l'Institut norvégien de recherche maritime Alf Hakon Hoel pense que le premier poisson qui pourrait profiter de l'eau libérée par les glaces pourrait être la morue polaire, dont le sang contient des éléments chimiques le préservant du péril dans les eaux glacées.

    Le ministre norvégien des Affaires étrangères Borge Brende, partisan de l'accord, avait soutenu son adoption en arguant que les "changements climatiques entraînaient des changements d'itinéraire de migration des poissons". Le sous-secrétaire d'État américain pour les océans et la pêche David Balton a noté: "Nous réglons un problème avant qu'il n'apparaisse: c'est très rare".

    D'après Dmitri Touloupov, spécialiste de l'Arctique à la faculté des relations internationales de l'Université d'État de Saint-Pétersbourg, la signature de cet accord est essentiellement due à la recherche d'opportunités de consensus par Moscou est Washington.

    Rappelons que le nombre de contacts entre la Russie et les USA s'est considérablement réduit depuis un an et demi à cause des événements en Ukraine, mais qu'il pourrait remonter après la signature de l'accord sur le dossier iranien, dont les deux pays étaient médiateurs. Le président américain Barack Obama a téléphoné hier à son homologue russe Vladimir Poutine pour le remercier personnellement pour sa position constructive à ce sujet.

    Dossier:
    Arctique, territoire de dialogue (131)

    Lire aussi:

    Environnement: les endroits les plus propres du monde
    Tags:
    Conseil de l'Arctique (CA), Islande, Danemark, Suède, Norvège, Canada, Finlande, Arctique, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik