Ecoutez Radio Sputnik
    Une délégation de l'Assemblée nationale et du Sénat français en Crimée. Juillet 2015

    La visite des députés français en Crimée fait du remue-ménage

    © Sputnik . Max Vetrov
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    511144
    S'abonner

    Nicolas Sarkozy, chef du parti Les Républicains et ex-président français, approuve complètement la visite des représentants de son parti en Crimée, rappelle le député de l'Assemblée nationale Claude Goasguen, dont les propos sont rapportés vendredi 24 juillet par le quotidien Vzgliad.

    "Bien sûr. Nicolas Sarkozy a même été très enthousiaste à ce sujet", confirme le membre des Républicains, comme pratiquement tous ceux qui font partie de la délégation française.

    Le chef de la délégation du parlement français en Crimée, Thierry Mariani, a déclaré jeudi qu'il ne voyait aucune raison de maintenir les sanctions européennes contre la Russie. Le député a rappelé que le but de ce déplacement était de "voir de nos propres yeux" ce qui se passait en Crimée.

    Thierry Mariani pense que si le référendum n'avait pas eu lieu en Crimée en mars 2014, la région aurait pu connaître le même sort que le Donbass aujourd'hui.

    Par ailleurs, les députés français jugent inacceptable le refus de délivrer des visas Schengen aux habitants de Crimée.

    L'avion de la délégation française a atterri jeudi à l'aéroport de Simféropol. Thierry Mariani a noté que les députés avaient subi des pressions en raison de ce voyage en Crimée, mais que cela ne représentait "pas un grave problème".

    La délégation comprend 10 députés et sénateurs français qui rencontreront les représentants des autorités locales, les habitants et les touristes sur la côte. Huit d'entre eux font partie des Républicains (anciennement UMP), et sont accompagnés par un représentant du centre et de la gauche.

    Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a réagi de manière hostile à cette visite en Crimée et préconisé aux députés de s'abstenir de se rendre dans la péninsule.

    Lire aussi:

    Mariani: les entreprises françaises veulent rester en Russie malgré les sanctions
    Thierry Mariani en Crimée: "On ne se bat jamais contre l’histoire"
    Tags:
    Thierry Mariani, Claude Goasguen, Russie, France, Crimée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik