Lu dans la presse
URL courte
Par
8163
S'abonner

La Suède vit depuis une semaine avec le sentiment d'avoir vécu un miracle, après que le pays a été sauvé au dernier moment d'une terrible tragédie, écrit lundi le quotidien Novye Izvestia.

La police a découvert une demi-tonne de dynamite à disposition d'extrémistes de droite, qui comptaient utiliser cet explosif pour "surpasser Breivik". Les recherches se poursuivent et l'arsenal des néonazis pourrait s'avérer plus conséquent.

Anders Breivik faisant un salut nazi à son arrivée au tribunal d'Oslo, le 24 août 2012
© AP Photo / Frank Augstein
Tout a commencé il y a une semaine pendant un contrôle de routine de la police routière à Falkenberg, près de Göteborg, qui suspectait l'homme au volant d'être sous l'emprise des stupéfiants. Cet extrémiste de droite de 30 ans, au chômage, avec un casier judiciaire chargé (il a purgé une peine d'un an de prison pour avoir attaqué son voisin, étranger, à la hache), était nerveux et sa coordination motrice était anormale. La police a obtenu un mandat pour fouiller son domicile — une propriété isolée: le résultat de la perquisition a dépassé toutes les attentes. Aucun produit illicite n'a été retrouvé mais 50 kilogrammes de dynamite ont été découverts dans une cache. L'individu avait construit un autel consacré à Hitler et au Troisième Reich avec des étendards, des photos, des insignes SS indiquaient clairement l'idéologie du criminel.

Pendant la perquisition, une autre voiture est arrivée mais a tenté de fuir en voyant les policiers. Au volant se trouvait un politicien municipal du parti d'extrême-droite Démocrates suédois. Des détonateurs ont été découverts dans sa voiture. Les perquisitions ont continué toute la semaine chez les connaissances proches de l'admirateur du Reich. L'opération a permis de mettre la main sur plus d'une demi-tonne de dynamite, utilisée en Suède lors des travaux de construction. Selon les experts, cette quantité d'explosif suffirait à raser un quartier entier. Quatre individus ont été placés en garde à vue, dont le "fournisseur" — un homme de 40 ans qui travaillait auparavant comme sapeur-mineur sur des chantiers de construction.

Comme le rapporte le quotidien Expressen, le suspect comptait faire exploser un camp de réfugiés en Suède. "En voulant bien je pourrais surpasser Breivik", selon des paroles prononcées par ce terroriste potentiel dans une conversation avec une connaissance, citées par le quotidien Aftonbladet.

Ces jours-ci, les médias et les experts scandinaves reviennent constamment à la tragédie norvégienne du 22 juillet 2012, quand l'extrémiste Andreas Breivik avait fait exploser et tuer 77 personnes, qualifiant son action de "début de croisade pour le sauvetage de la race blanche contre des étrangers". Le terroriste a été condamné à une longue peine de prison, mais il se sent très à l'aise dans sa prison norvégienne très confortable.

Les médias locaux soulignent que les explosifs ont été retrouvés chez des nazis fanatiques, mais que c'est un député des Démocrates suédois qui conservait les détonateurs…

Lire aussi:

Responsable suédoise: l'île de Gotland bien placée pour bombarder la Russie
Dupond-Moretti garde des Sceaux, «une déclaration de guerre à la magistrature», selon un syndicat
Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Tags:
terrorisme, néonazisme, extrémisme, Suède
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook