Ecoutez Radio Sputnik
    Combattantes du PKK

    Pro-turque ou pro-kurde? Berlin ne sait plus sur quel pied danser

    © REUTERS / Asmaa Waguih
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par Nezavissimaïa gazeta
    13313
    S'abonner

    La Turquie a lancé mercredi sa plus puissante attaque aérienne contre les positions du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) depuis le début des opérations il y a près d'une semaine, écrit vendredi 31 juillet le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

    Le parlement d'Ankara s'est penché sur le problème du PKK lors d'une session spéciale et orientée, malgré la critique des partenaires étrangers, vers un règlement militaire de la question kurde. Le parlement allemand (Bundestag) suit de près les événements: l'Allemagne est une alliée de longue date aussi bien de la Turquie que des Kurdes. Berlin est aujourd'hui entre deux feux et n'a pas l'intention de soutenir les attaques militaires turques contre le PKK.

    Environ 3 millions de Turcs ethniques vivent en Allemagne. Chaque problème turc y fait donc l'objet de débats comme s'il s'agissait d'une cause nationale, d'autant plus que certains représentants de cette diaspora font partie de la direction politique du pays.

    Cem Özdemir, fils d'immigrés turcs et coprésident du parti Alliance 90/Les Verts, a déclaré que la Turquie "plongerait forcément dans le chaos sous la présidence de Recep Tayyip Erdogan".

    Pendant ce temps, les membres du PKK continuent de riposter aux attaques de l'aviation turque et trois militaires turcs ont été tués jeudi dans le sud-est du pays. Berlin se retrouve dans une situation compliquée car d'un côté, les missiles Patriot de l'armée allemande défendent l'espace aérien du sud de la Turquie, près de la province de Kahramanmaras, pour protéger cet allié de l'Allemagne à l'Otan contre d'éventuelles attaques de l'aviation syrienne. D'un autre côté, les militaires allemands entraînent des combattants kurdes peshmerga, qui utilisent des armes allemandes pour combattre l'État islamique. "Ce sont deux tâches complètement différentes. Mais avec les attaques de la Turquie contre les positions kurdes en Irak, on doute que ces pratiques puissent encore être combinées", écrit le quotidien Süddeutsche Zeitung.

    Selon la presse allemande, l'objectif final d'Erdogan consiste à empêcher la création d'un État kurde à la frontière sud de la Turquie et à "réduire de nouveau les Kurdes au silence" dans le pays.

    "En effet, l'Allemagne et la Turquie sont membres de l'Otan. Mais dans ces circonstances les agissements d'Ankara sont loin d'être corrects, qui a tiré un parallèle entre l'EI et le PKK en déclarant qu'elle luttait contre le terrorisme et que ses alliés devaient également faire de même. Les membres de l'Otan ont parfaitement conscience des objectifs poursuivis par la Turquie. Il se pourrait que cette situation entraîne la dégradation des relations entre Ankara et d'autres membres de l'Alliance", analyse Alexandre Ignatenko, président de l'Institut de la religion et de la politique à Moscou. 

    Lire aussi:

    La Turquie convoque une réunion extraordinaire de l'Otan
    Tags:
    Kurdes, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Allemagne, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik