Lu dans la presse
URL courte
Par
3192
S'abonner

Le conflit politique entre la Croatie et la Slovénie, deux membres de l'Otan et de l'UE, s'est considérablement aggravé.

En dépit des mises en garde de la Commission européenne, Zagreb est sorti de l'arbitrage international sur la délimitation de ses frontières maritimes avec la Slovénie. La situation risque de saper la procédure de règlement de plusieurs litiges frontaliers dans les Balkans et de compliquer l'intégration d'autres États de la région à l'UE et l'Otan. Pour l'instant, les questions frontalières en suspens portent préjudice à la Croatie: le groupe américano-autrichien Marathon Oil/OMV a déjà renoncé à la recherche de pétrole et de gaz sur son littoral.

Gazoduc. Photo d'illustration
© Fotolia / Alexander Shevchenko
La décision de Zagreb fait suite à l'affaire Pirangate — un litige qui oppose la Croatie et la Slovénie depuis leur proclamation d'indépendance en 1991, concernant la baie de Piran en mer Adriatique. Zagreb cherche à priver les Slovènes d'accès direct à la Méditerranée, alors que Ljubljana exige un couloir entre les eaux territoriales de la Croatie et de l'Italie. Les Slovènes ont longtemps bloqué l'adhésion de leur voisin à l'UE avant d'accepter en 2009 d'entamer une procédure d'arbitrage. Son verdict, que les pays s'étaient engagés à appliquer sans appel, était attendu pour la fin de l'année.

Cependant, les médias croates ont rendu publics le 22 juillet les enregistrements de conversations téléphoniques entre le juge Jernej Sekolec, membre slovène du tribunal d'arbitrage, et le représentant du gouvernement slovène à l'arbitrage Simona Drenik: ils coordonnaient leurs actions pour obtenir une décision favorable à Ljubljana des autres juges. Leurs conversations révélaient également que la décision de l'arbitrage de décembre serait favorable aux Slovènes, qui obtiendraient "au moins les deux tiers des eaux de la baie".

Les autorités croates ont immédiatement accusé la Slovénie d'avoir enfreint les principes d'indépendance et d'impartialité du tribunal international. Le gouvernement slovène a affirmé qu'il ignorait tout des agissements du juge et de la diplomate; ces deux derniers ont immédiatement donné leur démission, et le Français Ronny Abraham, président de la Cour internationale de justice des Nations unies, a été nommé à l'arbitrage de Ljubljana. Mais cela n'a pas suffi pour arrêter les Croates, qui ont annoncé leur sortie de la procédure d'arbitrage.

Les Slovènes cherchent aujourd'hui à découvrir comment les conversations entre deux hauts fonctionnaires ont pu sortir sur la place publique. Deux versions sont avancées: soit il s'agit d'une opération des services de renseignement de la Croatie qui avait tout intérêt à faire échouer la procédure d'arbitrage avec une décision défavorable; soit les Croates ont bénéficié de l'aide des services secrets d'un autre pays plus puissant. Les sources informées de Zagreb assurent que "les renseignements croates n'ont pas enregistré les conversations téléphoniques des Slovènes".

La décision croate pourrait avoir des répercussions sur les Balkans en général. Zagreb a définitivement réglé ses litiges territoriaux avec la Hongrie, mais les négociations se poursuivent avec ses autres voisins. 

Lire aussi:

Un nouveau micro-Etat proclamé à la frontière slovéno-croate
Création de "micro-États": une nouvelle mode européenne?
Vol «d’enfer» entre le Maroc et la Belgique: les passagers hurlent et prient en pleine tempête – vidéo
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
Tags:
OTAN, Union européenne (UE), Slovénie, Croatie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook