Lu dans la presse
URL courte
Par
11263
S'abonner

Les scientifiques et les organisations internationales tirent la sonnette d'alarme: le manque d'eau douce est de plus en plus pressant, écrit lundi le quotidien Novye Izvestia.

Le Programme mondial pour l'évaluation des ressources en eau (WWAP) publie régulièrement un rapport complet sur l'état des ressources en eau de la planète. Les conclusions de l'Onu ne sont pas rassurantes, qui prévoient que d'ici 2030 presque la moitié de la population de la planète (47%) sera menacée d'une pénurie d'eau. Et ce n'est pas qu'une question de quantité: les chercheurs sont particulièrement préoccupés par l'accès inéquitable aux ressources en eau, ainsi que les services de purification d'eau pour la fabrication des produits alimentaires et le traitement des eaux usées.

L'eau recouvre 70% de la surface de la Terre et représente un volume d'environ 1.400 millions de mètres cubes. Les réserves d'eau douce représentent moins de 3% (près de 40 millions de mètres cubes) dont seulement 1% est accessible à l'homme. Pour l'instant, ce volume suffit plus ou moins mais la population mondiale grandit, les besoins en eau aussi, alors que les ressources n'augmentent pas pour autant.

Le multimillionnaire et investisseur américain Jim Rogers a récemment fait une sortie retentissante en affirmant que de véritables guerres pourraient éclater dans plusieurs régions de la planète à cause de l'eau. D'après lui, la Chine connaît de graves problèmes dans ce domaine: "Leurs réserves ne sont pas concentrées dans les régions où il y en a besoin, et l'eau en elle-même est très polluée. Les Chinois doivent ainsi dépenser des sommes astronomiques pour régler ces problèmes".

Les réserves en eau sont très inégalement réparties sur la planète: 85% des habitants de la Terre vivent dans la partie majoritairement aride de la planète.

En un siècle, la population de la Terre a triplé. Durant la même période la consommation d'eau douce a été multipliée par 7. Pour les besoins communaux et potables: par 13. La consommation d'eau pour l'arrosage et les besoins de l'industrie alimentaire pèse plus lourd que tout le reste sur les ressources en eau douce. L'agriculture consomme plus de 70% des réserves en eau, et jusqu'à 90% dans les pays à économie marchande en développement.

Au final, le rapport de l'Onu prédit que d'ici 2030 la demande en eau pourrait dépasser sa production de 40%. Même l'Agence centrale du renseignement (CIA) américaine avait placé le problème des ressources en eau limitées parmi les plus grands risques de notre époque.

Entre 2010 et 2013, le centre de recherche dirigé par Peter Gleick, président du Pacific Institute d'Oakland (USA), a enregistré 41 guerres survenues pour s'emparer des ressources en eau: une en Océanie, six en Asie, huit en Amérique latine, onze en Afrique et quinze au Moyen-Orient. Ces conflits étaient présentés comme religieux, politiques et économiques, mais ont finalement débouché sur une lutte pour posséder les ressources en eau.

L'accès à l'eau a été reconnu comme un droit fondamental de l'homme par l'Onu en 2011. Mais hormis les garanties verbales, le monde droit apprendre à consommer plus rationnellement les ressources en eau.

Lire aussi:

Réchauffement climatique: Londres et Pékin pourraient disparaître sous les eaux
Une façon de se brosser les dents… sous l'eau
Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Accident de laboratoire à l’origine du Covid-19: et si c’était vrai?
Tags:
écologie, eau
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook