Ecoutez Radio Sputnik
    Chișinău, la capitale de la République de Moldavie

    La Moldavie vers un scénario ukrainien?

    © Flickr / Wulf Willis
    Lu dans la presse
    URL courte
    Kommersant
    7311

    Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland, craint que la Moldavie suive le scénario ukrainien.

    Pour lui, ce pays dont le pouvoir a été "capturé" pourrait être le prochain défi important pour la sécurité européenne. C'est la première fois qu'un fonctionnaire européen de cette envergure parle aussi franchement des problèmes moldaves. Les experts pensent que les élites locales devraient se préparer à une forte pression de l'Occident, qui les saluait jusqu'ici pour leurs succès dans l'intégration européenne.

     Manifestants avec le drapeau de la Moldavie. Archive photo
    © AFP 2019 DANIEL MIHAILESCU / FILE
    Thorbjorn Jagland évoque en détails et avec intransigeance la situation en Moldavie dans une tribune publiée par le New York Times. Son texte commence par une mise en garde: "La Moldavie pourrait être la prochaine crise sécuritaire en Europe. Et les conséquences de cette crise pourraient largement dépasser ses frontières".

    "La crise ukrainienne a commencé par une profonde déception envers les institutions politiques", rappelle-t-il. Avant de prononcer un diagnostic peu rassurant pour la Moldavie, où des "partis pro-européens" ont pris le pouvoir en 2009: "En six ans peu de choses ont été faites pour développer l'économie du pays et ses institutions. La corruption reste la norme et l'État se trouve entre les mains des oligarques".

    Thorbjorn Jagland mentionne également la fuite d'environ un milliard de dollars de trois grandes banques moldaves — la fameuse fraude financière qui avait rendu la Moldavie célèbre dans le monde entier: "Ce scandale est représentatif. Peu croient que les responsables seront traduits en justice et que l'argent sera rendu".

    Jagland s'inquiète aussi au sujet de la Transnistrie: "Certains craignent que cette région se transforme en nouvelle Crimée. Cette inquiétude est alimentée par les appels de certaines associations transnistriennes à la Russie, demandant une protection. Les dirigeants de la Transnistrie se plaignent que la Moldavie et l'Ukraine aient comploté pour instaurer un blocus économique contre cette région. Les autorités transnistriennes ont ordonné de mobiliser les réservistes âgés entre 18 et 27 ans. Et bien qu'à l'étape actuelle un conflit militaire à part entière soit à peine envisageable, dans une situation aussi tendue même des altercations mineures peuvent rendre la situation incontrôlable."

    L'unique réaction des autorités moldaves à l'article fracassant du Secrétaire général du Conseil de l'Europe a été le communiqué du service de presse du premier ministre Valeri Strelets. Il affirme que le nouveau gouvernement du pays fait tout pour que la Moldavie ne soit plus "au bord du gouffre".

    De leur côté, les experts pensent qu'un signal très clair a été adressé aux élites moldaves: "L'UE, qui finance les réformes moldaves, n'a plus l'intention de tolérer leur simple imitation."

     

    Lire aussi:

    Moldavie: interdire les partisans de l'unification avec la Roumanie
    Russie/Moldavie: vers un redémarrage des relations?
    Tags:
    Union européenne (UE), Thorbjorn Jagland, Transnistrie, Occident, Moldavie, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik