Ecoutez Radio Sputnik
    Des Su-34, équipés de systèmes Khibiny

    La Russie veut exporter son système antimissile Khibiny

    © Sputnik . Alexander Vilf
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    6855

    Le groupe Technologies radioélectroniques, plus grand fabricant russe d'électronique militaire, est prêt à vendre à l'étranger son nouveau système multifonctionnel Khibiny, qui protège les avions contre des missiles sol-air ou air-air, écrit mercredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    Cette information a été rapportée par le directeur général adjoint du groupe Igor Nassenkov.

    "Hormis le matériel installé sur les avions et les hélicoptères de combat exportés, les partenaires étrangers s'intéressent particulièrement aux systèmes de guerre électronique terrestres et aériens. A l'heure actuelle, Technologies radioélectroniques propose aux étrangers des systèmes de guerre électronique de gamme Rytchag, Krassoukha, President-S, Rtout, Moskva, ainsi que la version d'exportation du système aérien de défense antimissile individuelle Khibiny", explique Igor Nassenkov.

    Le système multifonctionnel de guerre électronique Khibiny assure une protection individuelle aux avions contre des missiles ennemis air-air et les systèmes terrestres de défense antimissile. Ce système intelligent crée un nuage numérique rendant l'appareil équipé de Khibiny invisible pour les radars ennemis et aux têtes chercheuses guidées.

    "Les systèmes Khibiny sont installés d'office sur les bombardiers Su-34", souligne Igor Nassenkov. Ce dernier rappelle également que les produits du groupe sont vendus dans plus de 30 pays. D'ici 2017, Technologies radioélectroniques a l'intention d'augmenter la part des exportations jusqu'à 35% de ses ventes.

    Le système Khibiny est devenu célèbre dans le monde entier au printemps 2014, quand un bombardier russe Su-24 avait mis en déroute le destroyer américain USS Donald Cook qui était entré en mer Noire. Le Su-24 n'avait embarqué aucun missile ni bombe — uniquement un boîtier de guerre électronique. Le destroyer américain, au contraire, était armé jusqu'aux dents — les navires de cette classe disposent de 56-96 missiles de croisière Tomahawk et d'une cinquantaine de missiles antiaériens à l'avant et à l'arrière. De plus, le destroyer est doté du système Aegis, qui réunit les moyens de défense antimissile de tous les navires qui en sont équipés pour former un réseau commun permettant d'identifier, de suivre et d'attaquer des centaines de cibles à la fois.

    Systèmes de missiles russes
    © Sputnik . Valery Melnikov
    Néanmoins, après sa rencontre avec le Su-34 russe, le Donald Cook s'est rapidement rendu au port roumain de Constanta où 27 membres d'équipage ont déposé des comptes-rendus pour débarquer du navire. Le département d'État américain avait accusé la Russie de violer ses propres traditions et des accords internationaux. Le survol de navires étrangers par l'aviation, et pas forcément russe, est pourtant une pratique courante.

    Que s'est-il passé? En s'approchant du destroyer, Khibiny a débranché son radar, les commandes de combat et les systèmes de transmission de données — bref, il a débranché Aegis comme on éteint la télévision. Le Su-24 a ensuite simulé une série de 12 attaques contre le navire, devenu sourd et aveugle. Le Donald Cook ne s'est plus approché des eaux russes.

    Lire aussi:

    Pinocchio, la Tulipe et la Tique: les drôles de noms des armements russes
    Le lance-flammes lourd TOS-1 "Buratino"
    National Interest : la Russie reste la première puissance militaire en Europe
    Les avions militaires russes en images
    Tags:
    matériels de guerre, Tomahawk, USS Donald Cook (destroyer), Su-24, Rtout, President-S, Krassoukha, Rytchag, Khibiny, KRET, Igor Nassenkov, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik