Ecoutez Radio Sputnik
    Les USA contre la Russie. Image d'illustration

    Les USA sans pitié dans leur bataille contre la Russie

    © Flickr/ mikytex
    Lu dans la presse
    URL courte
    RT
    37137222592

    L'historien américain Eric Zuesse écrit que les États-Unis sont prêts à tout pour affaiblir la Russie - et même à se battre jusqu'au "dernier survivant".

    A ce sujet Washington ne tient même pas compte des intérêts de ses alliés. Le fait que les sanctions antirusses nuisent à l'économie européenne est parfaitement acceptable pour les stratèges américains, indique l'auteur de l'article.

    Le président américain Barack Obama mène en Libye, en Syrie et en Ukraine une politique de déstabilisation. D'après l'expert, Washington veut affaiblir la Russie mais l'Europe souffre également: elle doit notamment faire face aux millions de réfugiés qui fuient les régions en crise, ce qui nourrit la critique des opposants d'extrême-droite et sape la stabilité politique européenne, indique l'auteur.

    Avant les bombardements américains, la Libye était un pays prospère, poursuit Zuesse. Le revenu par habitant était élevé et les recettes étaient réparties équitablement. L'éducation et la santé étaient contrôlées par l'État et étaient accessibles à tous, mêmes aux plus démunis. Après l'ingérence américaine, la Libye est devenue le plus grave problème de l'Europe. C'est maintenant au tour de la Syrie qui, selon Washington, doit être anéantie pour vaincre la Russie.

    D'après l'historien, les autorités américaines cherchent à renverser le président syrien Bachar al-Assad. Avec ce dernier au pouvoir, le pays reste laïc et garde une liberté de confession, alors que les USA veulent y instaurer un gouvernement islamique et soutiennent les terroristes dans ce but. D'autant qu'al-Assad est un allié de la Russie et que la Syrie jouait par le passé un rôle clé dans la fourniture d'hydrocarbures russes en Europe. Zuesse pense que la "lutte" des Américains contre l'État islamique n'est qu'un spectacle et un acte propagande. La communauté internationale souhaite évidemment vaincre le terrorisme, mais les représentants des élites américaines ne sont pas de cet avis. Ils veulent élargir l'empire américain, et leur propre empire par la même occasion.

    Washington a renversé le gouvernement de Viktor Ianoukovitch en Ukraine de la même manière en 2014. Mais cela ne s'est pas produit sous la forme d'une "lutte contre le terrorisme islamique" mais dans le cadre de "manifestations démocratiques". Le gouvernement américain se cache derrière ce genre de formulations pour induire les gens en erreur et cacher leur soutien au "pouvoir extrêmement russophobe, nazi et fasciste" en Ukraine, voisine de la Russie, souligne l'auteur.

    Lire aussi:

    La levée de l'embargo alimentaire russe dépend du comportement de l'UE
    Sanctions antirusses: la levée voulue par l’UE contrarie Washington (expert)
    Brzezinski conseille à Obama de ne pas "humilier Poutine"
    Prague veut coopérer avec Moscou, mais doit se plier aux décisions de l'UE
    Tags:
    sanctions, Union européenne (UE), Bachar el-Assad, Eric Zuesse, Ukraine, Syrie, Libye, Europe, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik