Lu dans la presse
URL courte
Par
10286
S'abonner

La société ukrainienne a déjà connu beaucoup de bouleversements en l'espace d'une année, mais l’État se trouve à nouveau au seuil d'une grande "mise à jour".

La célébration du 24e anniversaire de l'indépendance du pays, hier, l'a bien montré: le président ukrainien Petro Porochenko, après avoir assisté au défilé militaire à Kiev — une Marche de l'indépendance sans armes ni matériel — s'est rendu à Berlin pour rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande. Les trois dirigeants comptaient évoquer l'aggravation de la situation dans le Donbass et les problèmes intérieurs de l'Ukraine.

Kiev s'attendait à ce que ses partenaires européens lui promettent d'intensifier les négociations avec la Russie, et lui demandent d'expliquer le peu de succès dans la mise en œuvre des réformes comme dans la lutte contre la corruption.

Les observateurs soulignent que ces interrogations sont justifiées dans la mesure où une nouvelle crise intérieure se prépare en Ukraine sur fond de conflit dans le Donbass.

En témoigne le sondage réalisé fin juillet par l'Institut de sociologie affilié à l'Académie des sciences d'Ukraine en collaboration avec la fondation Perspective intellectuelle, qui montre que la confiance des Ukrainiens dans le nouveau gouvernement arrivé au pouvoir après le Maïdan a chuté. En décembre, ceux qui soutenaient le président Porochenko étaient 5% plus nombreux que ses opposants. Aujourd'hui le rapport confiance/défiance est de —33%. Quant au parlement ukrainien, ce rapport était de —63% en juillet. Les Ukrainiens ne font toujours pas confiance aux tribunaux, au parquet et à la police.

Les experts voient pointer une nouvelle situation de conflit entre la société et le pouvoir. Dans le domaine de la défense, le gouvernement avait demandé de l'aide aux citoyens il y a un an. Mais au niveau économique l'État tente de contrôler les processus "à l'ancienne", en imposant des décisions d'en-haut à la société. C'est pourquoi, selon Kiev, des changements considérables se sont produits dans le domaine de la défense en un an et demi, tandis que la situation socioéconomique continue de s'approcher du gouffre.

Piotr Porochenko
© Sputnik . Nikolay Lazarenko
Le président ukrainien a prononcé un bref discours pendant le défilé pour parler de paix. Tout en précisant qu'une guerre restait envisageable. C'est pourquoi il n'a pas pu promettre aux citoyens l'annulation du recrutement militaire obligatoire et de nouvelles mobilisations. Son allocution se résumait à dire que le combat pour l'indépendance ukrainienne n'était pas encore terminé. Le président ukrainien a encore qualifié la Russie de "principale menace".

Les habitants de Kiev soupçonnent que les autorités jouent un jeu politique autour d'une guerre qui fait des victimes réelles. Les suspicions de la population se reflètent dans les sondages: les Ukrainiens sont déçus non seulement par leur gouvernement, mais aussi par les partenaires européens — en six mois le soutien de l'adhésion à l'UE a diminué de presque 10%.

L'esprit de la révolution erre à nouveau en Ukraine, pas sur le Maïdan mais au sein du gouvernement. Le politologue Iouri Romanenko pense que les oligarques pourraient répondre à cette demande de la société car ils ne veulent pas non plus vivre dans l'ancien système effondré. "Le problème clé du système politique ukrainien est l'absence de garant, qui ne peut pas être extérieur. La question se pose alors — qui sera ce garant intérieur? Réponse: une nouvelle élite. Elle s'est déjà formée en Ukraine. Elle pénètre déjà dans les couloirs du pouvoir, elle a une vision claire des réformes et comprend la place du pays dans l'avenir", écrit-il sur son blog. Selon l'expert, les anciens oligarques pourraient fournir les ressources manquantes à la nouvelle élite (y compris les leaders d'associations et d'organisations bénévoles). L'Occident apporterait une aide organisationnelle et consultative.

Lire aussi:

Le jour de l'Indépendance ukrainienne, Porochenko "se fait gronder" par Merkel
Obama: l'Ukraine sur la voie de devenir un pays "libre et florissant"
Poutine prédit à l'Ukraine et à la Russie un "avenir commun"
Trump: l’Ukraine est le "problème de l’Europe"
Ukraine: la parade militaire du jour de la fête de l’Indépendance
Tags:
indépendance, Maïdan, fête de l'Indépendance, Petro Porochenko, François Hollande, Angela Merkel, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook