Ecoutez Radio Sputnik
    Mistral. Archive photo

    Combien a vraiment coûté la rupture du contrat Mistral?

    © Sputnik . Alexeï Danichev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Résiliation du contrat Mistral (128)
    9453
    S'abonner

    Le porte-parole de l’Élysée a annoncé mercredi que le montant de l'indemnisation de la Russie après la rupture du contrat pour la livraison des porte-hélicoptères Mistral par la France serait inférieur à 1 milliard d'euros.

    Pourtant, selon certaines sources, le Trésor fédéral russe aurait déjà perçu plus de 950 millions d'euros pour les BPC Vladivostok et Sébastopol, ainsi que 67,5 millions d'euros pour la construction des parties arrière de ces bâtiments. En septembre Moscou devrait recevoir les systèmes de contrôle et de communication démontés des navires — coût estimé à environ 50 millions d'euros. Paris promet de dévoiler le chiffre exact de l'indemnisation en septembre.

    Tout l'argent dû à Moscou à titre d'indemnisation pour la non-livraison des Mistral par Paris a déjà été transféré en Russie, annonçait le 5 août un communiqué spécial du site de la présidence française. Le gouvernement français devra encore expliquer à ses députés pourquoi cet argent est en Russie sans la ratification du parlement. Cet empressement et ce caractère confidentiel confidentialité peuvent s'expliquer par les risques encourus par la Russie dans le cadre de l'affaire Ioukos (en juillet 2014 la cour d'arbitrage de la Haye avait condamné le gouvernement à verser aux anciens actionnaires de la compagnie pétrolière 50 milliards de dollars): au moment du transfert de France en Russie l'argent aurait pu être saisi, ce que les deux parties souhaitaient éviter.

    Selon des sources du secteur de la coopération militaro-technique avec les pays étrangers, le Trésor fédéral russe a déjà reçu près de 1,1 milliard d'euros, somme qui correspond au coût des Vladivostok et Sébastopol (plus de 950 millions d'euros) et de leurs parties arrières fabriqués sur les chantiers navals de Saint-Pétersbourg (67,5 millions d'euros). Paris démontera et retournera à la Russie ses systèmes de contrôle et de communication (encore environ 50 millions d'euros) installés sur les navires. Immédiatement après cela, la France obtiendra le droit de réexporter les bâtiments.

    Le président français François Hollande avait pris la décision de ne pas livrer les deux porte-hélicoptères à la Russie à cause de la situation dans le sud-est de l'Ukraine. Les autorités russes n'étaient pas d'accord avec ce jugement mais étaient prêtes à rompre le contrat en cas de remboursement.

    Désormais, le gouvernement français devra faire face à plusieurs problèmes. D'un côté, ses représentants sont contraints de dire que la Russe a reçu moins d'un milliard d'euros pour tenter de réduire la tension et ne pas susciter une forte critique de l'opposition. De l'autre, la France y perdra au change car elle devra abaisser le prix des BPC pour les vendre à un autre pays.

    Dossier:
    Résiliation du contrat Mistral (128)

    Lire aussi:

    La Malaisie veut achèter un des Mistral commandés par Moscou
    L’affaire des Mistral : Hollande va ruiner la France
    Tags:
    contrat, remboursement, Sébastopol (porte-hélicoptères), Vladivostok (porte-hélicoptères), Mistral, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik