Lu dans la presse
URL courte
Par
3183
S'abonner

Presque deux ans après le Maïdan en Ukraine, la colère gronde au sein de la population et les national-populistes qui appellent à renverser le président Petro Porochenko bénéficient d'un soutien croissant.

Les oligarques, eux, conservent leur force et leurs pouvoirs grâce au laisser-faire du système judiciaire corrompu, en dépit des tonnantes déclarations et promesses du président ukrainien, notent les journalistes.

Le président ukrainien Petro Porochenko parle publiquement de réformes, mais l'Ukraine est toujours dirigée par l'argent et la corruption, écrit Foreign Policy.

Même en passant outre les "manœuvres politiques cyniques" du dirigeant ukrainien, on constate qu'il réduit à néant tous les efforts pour corriger les défauts du système tant par ses actes que des nominations incohérentes aux postes à responsabilités. Et ses déclarations vantant que des milliers de fonctionnaires ukrainiens ont déjà jugés et condamnés pour corruption ne sont qu'une piètre tentative d'induire en erreur les Ukrainiens et l'Occident, affirment les journalistes.

La revue rappelle qu'il y a quelques semaines, Porochenko avait publié dans le Wall Street Journal un article faisant l'éloge de ses exploits au poste présidentiel et affirmant que son gouvernement avait déjà beaucoup progressé dans la lutte contre la corruption et l'inefficacité politique.

Mais il est impossible de vérifier en pratique la déclaration du président selon laquelle "l'an dernier, 2 702 anciens responsables et fonctionnaires ont été condamnés pour corruption". Quand un journaliste de Foreign Policy a demandé à l'administration présidentielle d'Ukraine la liste de ces condamnés, comptant sur la "transparence tant vantée de l'Ukraine" après le Maïdan, sa requête a été rejetée en prétextant que ces noms étaient "confidentiels".

Cette réticence est très révélatrice, indique l'article: tout le monde exige de Porochenko qu'il tienne enfin ses promesses de réformes et éradique la corruption.

Les changements, en Ukraine, sont menacés par l'emprise de la corruption. Cette dernière est d'une telle envergure que parmi les 15 anciennes républiques soviétiques, Kiev ne devance que trois pays, selon Transparency International.

Paradoxalement, la colère contre les oligarques était justement la force motrice du Maïdan. Viktor Ianoukovitch a été remplacé par le milliardaire Petro Porochenko, qui n'est pas à même de maîtriser le pouvoir des oligarques, indique la revue.

"Porochenko ne fait qu'aggraver les problèmes en nommant des procureurs incompétents et corrompus qui se discréditent rapidement par leur inaction ou la protection de leurs collègues corrompus. L'élite dirigeante et les oligarques ne sont jamais poursuivis, à moins qu'ils n'attirent l'attention de la police dans d'autres pays", souligne l'auteur de l'article.

 

Lire aussi:

Ukraine: plusieurs millions de dollars pour un siège au parlement
L'Ukraine se prépare à un automne politique "chaud" et à un hiver glacial
Ukraine: entretiens Porochenko - Hollande - Merkel à Berlin
Ukraine: Porochenko appelle à créer une force de maintien de la paix
Tags:
corruption, oligarques, Maïdan, Viktor Ianoukovitch, Petro Porochenko, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook