Ecoutez Radio Sputnik
    Réfugiés à Berlin, 2014

    Réfugiés: à peine dévoilé, le nouveau plan européen déçoit

    © Flickr/ Montecruz Foto
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    2010
    S'abonner

    La Commission européenne a dévoilé lundi son nouveau plan de répartition des réfugiés pour l’Europe.

    La moitié du nombre de migrants que l'Allemagne est prête à accepter dans le cadre de ce plan avait déjà réussi à s'introduire dans le pays ce week-end.

    Selon une source de la Commission européenne, Bruxelles veut répartir les 120.000 réfugiés qui ont trouvé un abri provisoire en Hongrie, en Grèce et en Italie entre la plupart des pays de l'UE.

    Le président de la Commission Jean-Claude Juncker ne renonce pas non plus à son plan de mai pour la répartition de 40.000 migrants, que les dirigeants de l'UE avaient décliné en juin. Le nombre de réfugiés à qui Juncker propose d'accorder un statut s'élève à 160.000 personnes.

    La définition des quotas par pays dépend de quatre principaux facteurs — le nombre d'habitants, l'état économique, le taux de chômage et le nombre de demandes d'asile satisfaites au cours des cinq dernières années, rapporte la source de la revue néerlandaise Volkskrant.

    L'information selon laquelle l'Allemagne et la France étaient prêtes à ouvrir leurs portes aux réfugiés conformément au second plan de Juncker a été rapportée lundi par le site d'actualité The Local. Ces propositions ont été préparées pour la réunion extraordinaire des ministres de la Justice et de l'Intérieur de l'UE du 14 septembre, qui conviendront alors des détails du plan. La question de son adoption pourrait être soumise au prochain sommet du Conseil européen les 15 et 16 octobre.

    Exemptés de la politique commune de migration, le Royaume-Uni, l'Irlande et le Danemark ne font pas partie des pays sollicités par la Commission, mais ils pourront accepter d'accueillir volontairement des réfugiés. Par exemple, si avant le plan Juncker l'Irlande était prête à accueillir 300 réfugiés, aujourd'hui la vice-première ministre Joan Burton parle d'au moins 1.800 migrants.

    Le premier ministre britannique David Cameron, qui proposait cet été de fermer le pays aux réfugiés, a radicalement changé de position ces derniers jours. Le ministre des Finances George Osborne a annoncé dimanche que le gouvernement était prêt à allouer plus de 18 milliards de dollars pour installer des réfugiés dans les pays frontaliers de la Syrie. Cameron a confirmé lundi que son pays était prêt à accueillir jusqu'à 20.000 réfugiés sur cinq ans.

    Toutefois, le plan proposé par le président de la Commission européenne, les actions de la Grande-Bretagne et de l'Irlande ne permettront pas de prendre en charge tout le flux migratoire. Par exemple, d'après le plan de Cameron, son pays accueillera en moyenne 4.000 Syriens par an directement des camps de réfugiés situés en Jordanie, en Syrie et en Turquie. La France est prête à remplir son quota en deux ans, c'est-à-dire à accueillir 12.000 migrants par an.

    Cependant, Eurostat annonce qu'au premier trimestre 2015, 184.800 requêtes préliminaires ont été déposées pour obtenir un asile à travers l'UE, dont 29.100 sont des ressortissants syriens. Fin mars, 530.000 personnes attendaient une décision concernant leur demande auprès des autorités compétentes de l'UE. Dans les mois qui ont suivi, ce nombre a manifestement augmenté. Malgré tout, seulement 160.000 personnes pourront être accueillies dans le cadre des quotas.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Danemark: de la publicité à destination des migrants
    Les Français opposés à un assouplissement de l'octroi du statut de réfugié
    Marine Le Pen: pour l'Allemagne, les migrants sont des "esclaves bon marché"
    Crise migratoire: l'Ecosse appelle à coopérer avec la Russie
    Tags:
    réfugiés, migrants, Commission européenne, Jean-Claude Juncker, Europe, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik