Ecoutez Radio Sputnik
    Syrian President Bashar al-Assad giving an interview. File photo

    Washington veut priver Bachar el-Assad de l'aide russe

    © AFP 2019 SANA
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    271165
    S'abonner

    La confrontation entre la Russie et l'Occident sur le dossier syrien s'est considérablement aggravée depuis que des informations ont fuité sur la possible participation de militaires russes au conflit syrien du côté du président Bachar el-Assad.

    Bien que Moscou démente ces informations, les Etats-Unis ont pris les devants: les autorités grecques ont confirmé que Washington avait demandé à Athènes de fermer son espace aérien aux avions russes transportant de l'aide humanitaire en Syrie. Washington a averti que si les rumeurs sur le renforcement de la présence russe en territoire syrien étaient confirmées, cela pourrait entraîner une "escalade du conflit" et une confrontation directe avec les forces de la coalition internationale qui combat l'État islamique dans le pays.

    Washington est déjà passé des paroles aux actes sur le plan diplomatique. Le ministère grec des Affaires étrangères a confirmé avoir reçu la requête de fermer son espace aérien aux avions russes transportant de l'aide humanitaire en Syrie. Moscou avait demandé une autorisation de survol du 1er au 24 septembre.

    Vladimir Jabarov, vice-président du comité international du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), a déclaré à RIA Novosti que "si la Grèce fermait son espace aérien, Moscou pourrait élaborer d'autres itinéraires de vol en Syrie". Mais cela pourrait s'avérer très contraignant. Pour se rendre en Syrie, même par un itinéraire de contournement, les avions russes devront presque inévitablement franchir l'espace aérien de la Turquie ou de l'Irak. Or la Turquie, membre de l'Otan, s'oppose au gouvernement de Bachar el-Assad. Quant à l'Irak, il dépend trop des Etats-Unis qui sont à la tête de la coalition internationale combattant l'EI.

    Le dernier itinéraire, long mais politiquement fiable, passerait par Téhéran — principal allié de Damas. Depuis le début du conflit, l'Iran, qui n'a pas de frontière commune avec la Syrie, a tout de même réussi à mettre en place des itinéraires via l'Irak pour fournir régulièrement les cargaisons nécessaires au régime ami de Damas. Selon une source proche des institutions publiques russes, depuis quelque temps Moscou et Téhéran coordonnent leurs efforts pour "maintenir à flot" le régime de Bachar el-Assad, qui éprouve dernièrement de graves difficultés sur plusieurs fronts.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a qualifié hier de "falsification" l'information des médias européens selon laquelle Moscou avait conclu avec Washington et Riyad un accord pour écarter le président syrien du pouvoir.

    Une source haut placée de l'état-major des armées a qualifié l'information sur la présence de militaires russes en Syrie de "très exagérée". Tout en précisant que "plusieurs spécialistes militaires ne représentant aucune force de frappe" étaient tout de même présents dans le pays.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Les médias britanniques se pressent d'envoyer l'armée russe en Syrie
    La CIA mène une opération secrète contre l'Etat islamique en Syrie
    Turquie et USA préparent une opération aérienne contre l’EI en Syrie
    Ex-chef de la CIA: employer Al-Qaïda pour combattre l'EI
    Tags:
    espace aérien, militaires russes, aide humanitaire, Conseil de la Fédération, Etat islamique, Maria Zakharova, Bachar el-Assad, Téhéran, Washington, Moscou, Grèce, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik