Lu dans la presse
URL courte
Par
1422
S'abonner

Aujourd'hui, seulement 12% de l'aviation stratégique des États-Unis peut contrer les systèmes sol-air et d'autres moyens de défense antiaérienne russe à disposition de la Russie, de la Chine et de certains autres pays, rapporte le site DefenceTech se référant aux auditions du congrès américains consacrées à la conception d'un nouveau bombardier.

"L'état actuel de notre aviation stratégique est préoccupant. L'armée de l'air dispose de 159 avions de longue portée: 76 B-52 Stratofortress, 63 B-1 Lancer et 20 B-2 Spirit. La moitié de la flotte sont des bombardiers B-52 construits au siècle dernier, le B-1 n'est pas non plus capable de contrer les technologies de défense antiaérienne qui évoluent rapidement. La rapide propagation de systèmes sol-air et la parc d'avion vieillissant nous privent de la possibilité d'agir loin de l'Amérique", a noté Randy Forbes, membre de la Chambre des représentants.

Il a été soutenu par Mark Gunzinger, ancien pilote de B-52, qui travaille actuellement au Centre pour les évaluations stratégiques et budgétaires: "Les radars en service en Iran, en Chine, en Russie, en Corée du Nord et dans d'autres pays captent nos avions et peuvent les verrouiller avec leurs missiles sol-air. Et la poignée du B-2 est incapable d'infliger des dommages conséquents à un ennemi situé à plus de 1 500 miles de leur base".

Robert Elder, général à la retraite, pense qu'à l'étape initiale l'armée de l'air américaine aurait besoin de 100 nouveaux bombardiers et d'un plus grand nombre d'avions pour remplacer les modèles obsolètes. Le porte-parole du Pentagone a indiqué que l'armée de l'air des USA était prête à acquérir entre 80 et 100 avions pour 550 millions de dollars pièce au maximum.

Le droit de concevoir le nouveau bombardier stratégique est disputé par Boeing, qui a construit le B-52, Northrop Grumman, créateur du B-2 furtif, et Lockheed Martin, fabriquant des chasseurs F-22 et F-35. L'appel d'offres pour la conception du nouveau bombardier a été terni par un scandale — juste avant son lancement il s'est avéré que l'Armée de l'air américaine avait abaissé, puis rehaussé le devis de 10 ans pour le développement de l'appareil. L'intervalle de variations s'est élevé à 20 milliards de dollars, et l'appel d'offres a été reporté à octobre.

Le programme américain pour la création d'un bombardier stratégique de nouvelle génération s'appelle LRS-B. L'avion sera subsonique, habité, d'une autonomie d'au moins 9.000 km et avec une charge utile de 12 tonnes. La production en série est prévue pour le milieu des années 2020.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Washington envoie son aviation militaire en Europe
Bombardier US de nouvelle génération: l'armée a caché le vrai coût du projet
Washington: le programme Prompt Global Strike financé à hauteur de 125 M USD
Missile hypersonique américain: échec du vol d'essai
Tags:
bombardier, aviation, armée, LRS-B, B-1 Lancer, B-2 Spirit, B-52, Northrop Grumman, Lockheed Martin, Boeing, Pentagone, Robert Elder, Mark Gunzinger, Randy Forbes, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook