Ecoutez Radio Sputnik
    migrants (La Croatie)

    Les migrants sèment la discorde entre la Hongrie et la Croatie

    © REUTERS / Antonio Bronic
    Lu dans la presse
    URL courte
    Novye Izvestia
    0 413

    La Croatie n'aura tenu qu'une seule journée face à la vague de migrants. Alors que 15 000 réfugiés d'Asie étaient arrivés la veille dans le pays, Zagreb a déclaré vendredi qu'il ne parvenait pas à gérer cet afflux et qu'il fermait ses frontières. La Croatie a même commencé à refouler les clandestins vers la Hongrie voisine.

    Il y a encore une semaine, les autorités croates annonçaient avec conviction qu'elles accueilleraient tous les réfugiés se dirigeant vers l'Europe par le "corridor des Balkans", avant de les laisser se rendre librement en Autriche et en Allemagne. Mais dès le lendemain de leur arrivée dans le pays, la situation a changé du tout au tout. Plus de 15 000 migrants en provenance de Serbie après la fermeture de la frontière hongroise ont littéralement balayé les cordons de police qui tentaient de les enregistrer et se sont dirigés vers Zagreb pour rejoindre ensuite l'Europe occidentale. Incapables de maîtriser un tel afflux de réfugiés, les Croates ont annoncé la fermeture de leur frontière et, à certains endroits, ont commencé à envoyer les clandestins chez leurs voisins. La Croatie est allée jusqu'à placer 800 réfugiés dans un train avec 40 policiers pour les envoyer en Hongrie sans en avertir Budapest. Les forces spéciales hongroises ont dû non seulement arrêter les conducteurs du train, qui jouent en l'occurrence le rôle de contrebandiers, mais également désarmer les policiers croates. L'incident a été suivi d'un grand scandale diplomatique. Le ministère des Affaires étrangères hongrois a fermement critiqué les autorités croates pour leur "compréhension très étrange des règles" de l'UE et supposé que la Croatie devrait encore attendre longtemps son adhésion à l'espace Schengen.

    Ainsi, après avoir dépensé beaucoup de forces et de moyens pour construire un mur à la frontière avec la Serbie, la Hongrie s'est retrouvée soudainement avec un second front de clandestins venant de la Croatie voisine. Budapest a donc annoncé qu'il construirait d'urgence un "rideau de fer" sur les parcelles les plus vulnérables de la frontière hongro-croate, qui s'étendra sur 350 km — soit le double du mur à la frontière serbo-hongroise.

    Ce week-end, des unités hongroises supplémentaires de la police et de l'armée ont été projetées à la frontière hongro-croate. Samedi dernier, encore 4 200 réfugiés étaient arrivés en Hongrie par la frontière croate, dans des convois en bus et en train organisés par les autorités croates, cette fois en informant Budapest.

    On ignore encore combien de temps durera le "flux du sud" des migrants en UE via la Croatie. La Hongrie appelle l'UE à adopter, enfin, des mesures efficaces. Le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto est persuadé que si rien n'était fait, l'Europe devrait prochainement accueillir entre 30 et 35 millions de réfugiés.

    Lire aussi:

    Migrants: excédée, la Hongrie concentre des troupes à ses frontières
    Migrants: la Hongrie propose une force militaire européenne en Grèce
    La Slovénie suspend le trafic ferroviaire avec la Croatie
    La Croatie place son armée en état d'alerte
    Tags:
    crise migratoire, Hongrie, Croatie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik