Lu dans la presse
URL courte
Par
0 05
S'abonner

Les législatives grecques, dont personne n'osait prédire le résultat, ont été favorables hier au parti d'Alexis Tsipras, donné vainqueur par les sondages à la sortie des urnes avec une avance de 2 à 4%. Son principal rival, Vangelis Meïmarakis, a reconnu sa défaite et l'a félicité.

Le leader du parti de la gauche radicale Syriza, Alexis Tsipras, a occupé les fonctions de premier ministre de la Grèce pendant sept mois. Durant cette période, il a évolué de la figure "populiste" promettant de fermer le programme d'austérité économique, de rompre les relations avec les créanciers d'Athènes et d'exiger des réparations de guerre à l'Allemagne, à celle d'un réaliste qui a accepté les conditions sévères de l'UE, de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne (BCE) pour maintenir le pays dans la zone euro. La "capitulation" de Tsipras face à Bruxelles et à Berlin aura coûté au politicien de 41 ans l'unité de son propre parti. C'est justement la division au sein de Syriza et le refus d'une partie des députés de soutenir la politique du chef du parti qui avaient poussé Tsipras à démissionner et à annoncer des élections anticipées.

Alexis Tsipras
© AP Photo / Lefteris Pitarakis
Le leader du parti conservateur Nouvelle démocratie, Vangelis Meïmarakis, 61 ans, au contraire, a réussi à retenir son électorat, mais aussi à améliorer la popularité du parti pro-européen qui avait obtenu 27% des voix en janvier. Vangelis Meïmarakis accuse constamment son adversaire de faire des "promesses mensongères" et affirme que le travail de Tsipras au poste de premier ministre a tourné à la "catastrophe économique" de la Grèce.

En troisième position on retrouve le parti d'extrême-droite Aube dorée avec 6,5-8% des suffrages.

Syriza arrive donc en tête des législatives du 20 septembre, qui ont enregistré un taux de participation relativement faible — aux alentours de 60%. Alexis Tsipras s'inquiétait particulièrement de cette faible participation.

Selon les toutes dernières informations préliminaires du ministère grec de l'Intérieur, Syriza obtiendrait 35,3% des voix, Nouvelle démocratie 28,1% et Aube dorée 7%. 

Lire aussi:

Grèce: Syriza vainqueur. Et maintenant?
Elections en Grèce: Syriza en tête après dépouillement de 50,11% des bulletins
Les Grecs élisent leur parlement
Grèce/législatives: tout dépendra du dernier débat télévisé
Tags:
Vangelis Meïmarakis, Alexis Tsipras, Grèce, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik