Lu dans la presse
URL courte
Par
3553
S'abonner

Pendant que l'Arabie saoudite bombarde le Yémen afin d'éliminer les rebelles Houthis, des intrigues se nouent au sein de la famille royale.

Une lettre écrite par le petit-fils du roi Salmane d'Arabie saoudite circule actuellement, où il condamne l'opération militaire au Yémen, accuse le monarque au pouvoir de la détérioration de la situation économique et de la chute des cours pétroliers. L'auteur appelle à destituer le roi, le prince héritier et le successeur du prince héritier, et à organiser une réunion extraordinaire de la maison royale. Selon le politologue Colin Cavell, ces divergences au sein de la famille royale sont avant tout une question d'avidité.

"Comment a-t-on pu accepter de participer à des opérations militaires dont les dangereuses conséquences ont été complètement sous-estimées — comme l'invasion de l'Irak, la guerre en Syrie ou au Yémen?" indique la lettre.

On y mentionne le roi d'Arabie saoudite, qui dirige le pays depuis janvier 2015 et la mort de son frère Abdallah, ainsi que son neveu Mohamed ben Naïf et le fils du roi. Tous deux occupent des postes importants au gouvernement et sont responsables des décisions qui ont entraîné la chute des cours pétroliers et la guerre au Yémen.

Selon Colin Cavell, auteur du livre L'exportation de la démocratie made in America, les divergences au sein de la maison royale ont plusieurs causes. "Il s'agit en premier lieu de la réduction des revenus du Trésor public. En effet, ils disposent d'immenses fonds de réserve mais ont dû dépenser près de 10% de ces réserves au cours des six derniers mois. Cet argent a servi à financer les guerres coûteuses, l'achat d'équipements, de munitions et de matériel aux USA, au Royaume-Uni et à d'autres pays. Le prix du baril a chuté de 120 dollars à moins de 50 dollars. Les membres de la famille royale pensent que cela déstabilise l'économie du pays", déclare-t-il.

Lire aussi:

Le roi d'Arabie Saoudite oublie de régler sa facture de 3,7 M EUR en quittant la France
Le roi saoudien mis au ban par les Français?
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Tags:
Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, famille, Syrie, Yémen, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook