Ecoutez Radio Sputnik
    bâtiment du Sénat américain

    Les plans des Etats-Unis pour changer l'ordre mondial

    © RIA Novosti. Igor Mikhalev
    Lu dans la presse
    URL courte
    Rossiïskaïa gazeta
    145510805

    Le politologue américain William Blum critique durement la politique étrangère de Washington, explique ce que signifie être un dissident aux USA et à quoi peuvent conduire les expériences démocratiques de l'Amérique dans le monde.

    Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont renversé les gouvernements dans plus de 50 pays; tenté d'assassiner 50 dirigeants étrangers; bombardé 30 pays; se sont ingérés dans les élections dans 30 pays; ont été impliqués dans le plus grand nombre de crimes de guerre et de tortures sur la planète; et ont stoppé les mouvements nationaux en cours d'apparition dans plus de 20 pays. L'Amérique a tout de même tenu compte de certaines erreurs. Par exemple: uniquement bombarder et ne pas mener d'opérations terrestres après la leçon du Vietnam. Mais les USA n'ont toujours pas perdu l'habitude de renverser les gouvernements.

    Les États-Unis sont profondément impliqués dans les événements en Ukraine. Le nouveau gouvernement ukrainien ne peut rien faire sans l'approbation de Washington, de l'Otan et parfois de l'UE. L'objectif était clair dès le départ — il fallait renverser le gouvernement ukrainien. En prenant un peu de perspective, on voit que d'un point de vue géopolitique il s'agissait de fermer la boucle de l'Otan autour de la Russie. Cette boucle manquait de maillons comme l'Ukraine et la Géorgie, qui sont devenues les principales cibles de l'Otan et des USA. Et l'encerclement de la Russie signifie le début de la seconde Guerre froide. Mais la Russie ne pouvait pas simplement rester les bras croisés alors même que ce genre d'événements se produisaient à sa frontière.

    Qui se trouvait dans la foule des manifestants lors du renversement du gouvernement ukrainien en février 2013? Victoria Nuland, la sous-secrétaire d'État américaine pour l'Europe de l'Est et la CEI. Elle y distribuait de la nourriture. Pourquoi? Après tout, elle n'a pas distribué de nourriture aux manifestants à Washington — j'y ai manifesté plusieurs fois, mais elle ne m'a jamais donné à manger.

    Je suis moi-même surpris que jusqu'à présent, les USA n'aient pas infligé un grand préjudice à l'EI. Néanmoins, il est trop tôt pour affirmer que cette mission a échoué, car de plus en plus de pays rejoignent la lutte antiterroriste. Il est évident que les USA n'entreront pas dans une coalition avec la Syrie, sous aucune condition. L'Amérique a fourni des armes à ceux qui ont combattu en Irak et en Syrie, puis sont passés du côté de l'EI. C'est pourquoi les États-Unis ont de facto aidé l'EI ces dernières années.

    L'expression "exclusivité américaine" est employée aux USA depuis le XVIIIe siècle. A l'époque, on cherchait à construire un nouvel empire. Et les principales étapes de la création de cet empire furent les invasions aux Philippines et à Cuba. Les Américains sont sincèrement persuadés que c'est la "providence divine" et c'est pourquoi ils parlent de leur "exclusivité". Le "doigt du destin" — c'est ainsi que les États-Unis comprennent leur destinée à diriger le monde pour le rendre, évidemment, meilleur et plus démocratique. Cela dure depuis deux siècles, simplement on appelle ça aujourd'hui l'"exclusivité américaine".

    Je ne suis pas persécuté en Amérique. La principale méthode utilisée par le gouvernement américain envers les personnes comme moi consiste à les ignorer. Les seuls médias à me prêter attention sont ceux de la presse alternative. Les grands journaux comme le New York Times, le Washington Post ou le Los Angeles Times ne mentionnent jamais mon nom. Mais je ne suis pas seul aux USA, des millions d'individus partagent mon point de vue. Mais le fait est que moins de 30% des personnes ayant le droit de vote se rendent effectivement aux urnes. Les autres ne croient tout simplement pas que les choses puissent changer.

    Lire aussi:

    Washington refuse de partager avec Moscou les coordonnées de l’EI en Syrie
    Sergueï Kisliak: «Les USA n'ont plus les capacités pour une domination absolue»
    Kiev ne doit plus compter sur un puissant soutien à Washington
    Tags:
    politique, William Blum, Washington, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik