Lu dans la presse
URL courte
Par
3192
S'abonner

Après une interruption forcée en 2014, la réunion de deux jours du Dialogue de Saint-Pétersbourg a repris ses marques à Potsdam.

Par contre, la réunion traditionnelle entre les dirigeants de la Russie et de l'Allemagne n'aura pas lieu — ce qui fait perdre au forum de l'intérêt et l'attention du public.

Le Dialogue de Saint-Pétersbourg a été créé en 2001 par le Président russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Gerhard Schröder comme une plateforme de rencontre entre les représentants des sociétés civiles des deux pays. Malheureusement, l'an dernier, l'Allemagne a rompu unilatéralement son calendrier de travail. Elle a tout de même nommé un nouveau coprésident, signalant ainsi sa volonté de continuer à participer au forum.

Ce redémarrage du Dialogue de Saint-Pétersbourg à Potsdam avait un caractère assez solennel. Le thème général du 14e Forum était formulé ainsi: "La modernisation, une chance pour la maison européenne commune". L'allocution du président de Sberbank Guerman Gref a été écoutée avec intérêt. La même idée a été développée avant le forum par le président de la Conférence de Munich sur la sécurité Wolfgang Ischinger.

Toute la journée d'aujourd'hui a été impartie aux débats spécialisés, qui se dérouleront dans huit groupes de travail autour du thème central. Le groupe de politique étrangère se penchera sur "la lutte contre le terrorisme comme un défi global", ainsi que la question de savoir si les "Helsinki +" sont nécessaires. Le groupe économique se concentrera sur l'intensification de la coopération technologique entre l'Allemagne et la Russie. Un autre groupe se penchera sur "L'exode de masse et la migration, un défi pour les deux pays".

Les autres groupes de travail plancheront sur la science, l'éducation, la culture, le secteur médiatique à l'ère du numérique, ainsi que sur l'attitude de l'Église envers les défis européens contemporains. Mais il sera surtout intéressant de connaître les idées des membres du groupe "La stratégie de développement des relations germano-russes pour les 25 prochaines années". L'existence de ce groupe en soi indique que le Dialogue de Saint-Pétersbourg est bien tourné vers l'avenir.

Reste encore à savoir si Potsdam ne sera pas qu'une réanimation mais bien une renaissance. On s'imagine en effet difficilement une dynamique constructive à 100% d'un partenariat intersocial dans l'atmosphère encore fraîche des relations bilatérales. Même en cas de succès à Potsdam le Dialogue de Saint-Pétersbourg perd de l'intérêt et l'attention du public sur fond d'interruption des consultations interétatiques annuelles. Sur cette plateforme un accent a été mis sur l'élaboration des procédures de communication mutuellement acceptables. Quoi qu'il en soit ou voudrait espérer que la glace a été rompue et que le Dialogue de Saint-Pétersbourg contribuera, par la force de la bonne volonté, au rapprochement entre les deux pays, voire à l'idée d'une maison européenne commune.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Russie/Allemagne: Merkel veut réformer le Dialogue pétersbourgeois (médias)
Russie-Allemagne: une réunion du Dialogue pétersbourgeois annulée
"Dialogue pétersbourgeois": report du forum russo-allemand prévu en octobre
Dialogue pétersbourgeois: 13ème édition du forum russo-allemand
Tags:
Dialogue pétersbourgeois, Sberbank, Guerman Gref, Russie, Allemagne, Potsdam
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook