Ecoutez Radio Sputnik
    John Kerry

    Kerry en Asie centrale: sécurité et lutte antiterroriste au menu

    © REUTERS / Joshua Roberts
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    13114
    S'abonner

    Le secrétaire d’État américain John Kerry sera le premier chef de la diplomatie américaine à visiter les cinq pays d'Asie centrale dans le cadre d'une même tournée.

    Ces derniers temps, cette région suscite l'intérêt de ses voisins et partenaires traditionnels — la Russie et la Chine — mais aussi des Etats-Unis. La menace islamiste qui pèse sur les pays d'Asie centrale après le retrait d'Afghanistan de la majeure partie du contingent de l'Otan y est pour beaucoup.

    Du 30 octobre au 3 novembre, John Kerry se rendra au Kirghizstan, en Ouzbékistan, au Kazakhstan, au Tadjikistan et au Turkménistan. La sécurité régionale et internationale, la lutte contre le terrorisme et les relations bilatérales, y compris dans le domaine humanitaire feront l'objet de discussions. Le secrétaire d'État participera également à une réunion du nouveau format S5+1 (avec la participation des ministres des Affaires étrangères de tous les pays de la région à la fois) à Samarkand. La dernière fois que cette région avait été visitée par un chef de la diplomatie américaine remonte au déplacement d'Hillary Clinton en 2010.

    Les intérêts de nombreux acteurs se croisent aujourd'hui en Asie centrale. Le premier ministre japonais Shinzo Abe y a terminé sa visite le 27 octobre. En juin, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon était aussi venu dans la région, suivi du premier ministre indien Narendra Modi en juillet.

    La Russie espère élargir vers le sud son Union économique eurasiatique (UEE), qui a été rejointe pour l'instant seulement par le Kazakhstan et le Kirghizstan. La Chine, pour sa part, s'est entendue avec les cinq pays de la région sur leur participation active au projet de Ceinture économique de la Route de la soie, qui permettra à cet espace de bénéficier des investissements chinois (avant tout dans les projets d'infrastructure) et des flux de marchandise. La concurrence initiale entre les deux projets économiques s'est finalement transformée en coopération en mai 2015, quand un accord entre l'UEE et la Ceinture économique a été signé pendant la visite du président chinois Xi Jinping à Moscou.

    La tournée de John Kerry mettra l'accent sur la sécurité. Les pays d'Asie centrale sont aujourd'hui dans une position très vulnérable face aux menaces croissantes venant du sud — à cause de la situation qui empire en Afghanistan, où l'État islamique a brusquement intensifié ses activités en plus des talibans et des groupes extrémistes déjà présents comme le Mouvement islamique d'Ouzbékistan, le Mouvement islamique du Turkestan et Al-Qaïda. Le départ du principal contingent de l'Otan d'Afghanistan a contribué à l'aggravation de la situation, déjà tendue dans la région.

    Sergueï Lavrov et John Kerry
    © Sputnik . Ministry of Foreign Affairs of Russia
    La visite du secrétaire d'État portera également sur la coopération humanitaire entre les USA et les pays de la région. Ainsi, John Kerry participera à Bichkek à l'inauguration d'un nouveau campus de l'Université américaine d'Asie centrale. A Astana, il prononcera un discours devant les auditeurs de l'université Nazarbaev.

    Plusieurs organisations ont appelé John Kerry à soulever également la question des droits de l'homme et de la liberté des médias. Dans le dernier rapport du département d'État américain, les autorités des cinq pays sont en effet accusées de "violations systématiques des libertés et des droits fondamentaux", ainsi que de tortures (sauf le Kazakhstan). Les organisations internationales avaient adressé la même requête au premier ministre japonais Shinzo Abe, qui s'est rendu dans la région une semaine plus tôt. Mais leurs appels ont été ignorés.

    Lire aussi:

    Etats-Unis: débats houleux sur une zone d'exclusion aérienne en Syrie
    Washington prône un dialogue avec Moscou pour sécuriser les vols en Syrie
    Rétropédalage: Washington cesse d’exiger le départ immédiat d’Assad
    Syrie: les USA refusent d'accueillir une délégation russe
    Tags:
    lutte antiterroriste, John Kerry, Ouzbékistan, Turkménistan, Kirghizstan, Tadjikistan, Kazakhstan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik