Lu dans la presse
URL courte
Par
Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)
5313
S'abonner

L'Airbus A321 de la compagnie russe Kogalymavia (en abrégé Kolavia, ou encore Metrojet), qui s'est écrasé samedi dernier dans le Sinaï, se serait désintégré dans les airs avant de s'écraser.

Les experts pensent que cette catastrophe aérienne, la plus tragique de l'histoire de la Russie contemporaine, est due à la dépressurisation du salon — la coque de l'avion a éclaté à cause d'un brusque changement de pression à grande altitude. L'intégrité du fuselage aurait également pu être atteinte par l'onde de choc d'une bombe posée dans la soute de l'avion, des pièces de moteur arrachées ou des fissures d'usure dans les constructions porteuses. Pour déterminer la cause exacte de la catastrophe, les experts devront non seulement décrypter les enregistrements des boîtes noires, mais également ramasser tous les débris de l'Airbus, les étaler entièrement dans un hangar pour les examiner attentivement.

Selon le site Flighteradar24.com, l'Airbus A321 parti de Charm el-Cheikh à destination de Saint-Pétersbourg samedi matin était monté à 10 210 mètres d'altitude après 21 minutes de vol et avançait à 748 km/h. Cependant, une minute plus tard, l'avion a "chuté" à 8 649 mètres à une vitesse de 172 km/h. En d'autres termes, à ce moment précis l'Airbus ne volait plus mais tombait. A la 22e minute de vol — à 7h13 heure de Moscou — le transpondeur de l'avion EI-ETK a cessé d'émettre des informations sur les paramètres du vol, et l'indicatif de l'avion a disparu des écrans radar.

Il s'est ensuite avéré que l'avion transportant 224 personnes — essentiellement des habitants de Saint-Pétersbourg revenant de vacances en Égypte — s'était écrasé dans le Sinaï à environ 100 km d'el-Arich. Aucun survivant n'a été retrouvé parmi les débris.

En examinant les lieux du crash au sol et depuis les airs, les experts égyptiens et russes venus participer à l'enquête ont établi que les débris de l'Airbus s'étaient éparpillés sur un vaste territoire en forme d'ellipse allongée de 8 km de long et de 4 km de large. Après l'examen des lieux, Viktor Sorotchenko, directeur du Comité intergouvernemental d'aviation (MAK) représentant la délégation russe, a conclu que la destruction de l'Airbus s'était produite à grande altitude dans les airs.

Les débris de l'Airbus A321 en Egypte
© REUTERS / Mohamed Abd El Ghany
Selon les experts, une fissure au niveau de l'anneau transversal du fuselage pourrait également être la cause de dépressurisation. En 2001, au cours de son exploitation en Égypte, l'Airbus qui s'est écrasé avait touché la piste d'atterrissage avec sa partie arrière lors d'un atterrissage au Caire. Cet incident avait déformé la géométrie de la construction et les caractéristiques physiques de l'avion. Selon un spécialiste, après cet atterrissage l'avion avait été testé par un contrôle non destructif et remis en service après l'élimination de tous les défauts. "La statistique des vols sans incidents des avions comme l'Airbus A321 s'élève à près de 11-12 millions d'heures. Si un incident se produit tout de même, c'est qu'on a omis quelques chose pendant la maintenance ou les réparations", explique l'expert.

Enfin, une défaillance du moteur pourrait également être la cause du crash.

D'après les spécialistes interrogés, il ne sera pas facile pour les experts égyptiens et russes d'établir la cause exacte du crash. Les boîtes noires, déjà retrouvées et en cours de décryptage, montreront comment tous les systèmes de l'avion fonctionnaient avant le crash et quelles actions ont été entreprises par l'équipage. Les dernières conversations des membres de l'équipage pourraient aider à déterminer la cause de l'accident, à condition qu'ils aient réussi à comprendre et à évoquer la cause de la désintégration de l'avion (les pilotes n'ont pas rapporté des problèmes à bord aux opérateurs au sol).

 

Dossier:
Crash d'un Airbus A321 en Egypte (2015) (67)

Lire aussi:

Crash d'un avion russe en Egypte: Air France et Lufthansa évitent le Sinaï
Crash d'un avion russe: les habitants de nombreux pays endeuillés
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Tags:
crash d'avion, Airbus A321, Saint-Pétersbourg, Sinaï, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook