Ecoutez Radio Sputnik
    artefacts provenant des villes antiques syriennes

    Les terroristes de Daesh sont aussi des trafiquants d'art

    © REUTERS / Thaier Al-Sudani
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    6217
    S'abonner

    Quand les terroristes de l’État islamique prennent le contrôle de monuments historiques en Syrie, remontant parfois à l'Antiquité, ils prennent aussi soin de les piller de fond en comble pour en revendre les objets de valeur aux enchères en Occident.

    Certains collectionneurs financent ainsi indirectement l'activité des extrémistes de l'EI.

    De nombreux artefacts provenant des villes antiques syriennes contrôlées par les terroristes sont envoyés par les réseaux de contrebande en Grande-Bretagne et d'autres pays occidentaux pour enrichir les musées et les collections privées.

    Les experts soulignent que l'ampleur de ce problème est bien plus importante qu'on ne le suppose, car les radicaux de l'EI non seulement détruisent des sites du patrimoine mondial de l'humanité, mais gagnent aussi beaucoup d'argent.

    A l'heure actuelle, les extrémistes contrôlent de vastes territoires riches en artefacts historiques, entre pièces de monnaie anciennes, manuscrits et bijoux. Tout cela est transporté par les terroristes illégalement en Occident avant d'être vendu aux enchères. La contrebande d'objets volés est ainsi une source de revenus pour les extrémistes.

    "Les photos satellites montrent que des travaux sont illégalement menés sur les lieux de fouilles archéologiques en Syrie, ce qui montre que le pillage des monuments historiques a atteint une échelle industrielle", a déclaré hier l'Unesco.

    "La répression de la contrebande de patrimoine culturel est une priorité car elle est devenue une source de financement de l'activité des extrémistes", note l'organisation.

    "Les artefacts historiques en provenance de Syrie sont faciles à reconnaître de par leur forme, des signes distinctifs et d'autres méthodes de diagnostic", explique Mark Altaweel, expert de l'Institut d'archéologie à l'University College de Londres.

    "Nous ignorons combien la vente de ces objets rapporte exactement à l'EI, mais nous savons que ces sommes permettent de financer le mouvement et que ces objets se retrouvent en Occident. Le plus terrible est que quelqu'un peut financer les terroristes sans même s'en douter", dit-il.

    Le Conseil de sécurité des Nations unies a récemment interdit l'acquisition d'objets antiques exportés illégalement de Syrie et d'Irak. Cependant, il est évident que les terroristes ne se préoccupent pas des interdictions de cette instance internationale. Le Conseil international des musées a rédigé à son tour une liste des objets culturels syriens pour prévenir l'achat d'artefacts illégalement sortis du pays.

    Lire aussi:

    Le mystère des Toyota de l'EI élucidé
    L’EI recrute des Américains 24 heures sur 24
    Vers un portrait-robot du recruteur-type de Daesh
    Les USA continuent de soutenir l'opposition marginalisée en Syrie
    Tags:
    art, contrebande, musée, UNESCO, Etat islamique, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik