Lu dans la presse
URL courte
Par
33813
S'abonner

Selon les conclusions préliminaires des experts égyptiens, le crash de l'Airbus A321 de la compagnie Metrojet (Kogalymavia) en Egypte, qui a fait 224 morts, aurait pu être causé par l'explosion d'un moteur.

D'après eux, les enregistrements des boîtes noires appuient cette hypothèse. Toutefois, les experts russes pensent toujours qu'il s'agirait de la destruction d'un moteur suivie de la dépressurisation explosive du fuselage de l'avion.

Les boîtes noires n'ont enregistré aucun message d'urgence de l'équipage, mais, selon les Egyptiens, elles signalent "une puissante explosion, un dysfonctionnement simultané de tous les moteurs, l'inflammation d'une partie du fuselage, la destruction des parties de l'avion dans les airs et sa rapide chute".

Les experts russes proches de l'enquête continuent de penser qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions préliminaires. Ils notent que la version de l'explosion d'un moteur ne paraît pas très convaincante. Selon eux, la conception du moteur est telle qu'une quantité relativement faible de carburant ne permet pas une puissante explosion capable d'entraîner la destruction du fuselage de l'avion. Si les informations de la boîte noire paramétrique indiquent un problème moteur, il s'agit plutôt de sa destruction.

La zone de recherche des débris de l'avion a été élargie jusqu'à 28 km² à l'initiative de la partie russe. En effet, les débris les plus petits pourraient avoir beaucoup d'importance car pour déterminer la cause du crash, les experts doivent non seulement déchiffrer entièrement les boîtes noires, mais aussi recueillir tous les éléments de l'Airbus afin de les étendre entièrement dans un hangar pour les examiner minutieusement.

Pendant ce temps, les corps de passagers de l'Airbus A321 ont commencé à être remis à leurs proches. La procédure d'identification des victimes de la catastrophe se poursuit depuis trois jours et 39 dépouilles ont déjà été identifiées. Les corps impossible à identifier sont soumis à une analyse moléculaire et génétique. Les échantillons ADN des victimes et de leurs proches ont déjà été envoyés à Moscou pour effectuer une analyse comparative, a annoncé le vice-ministre russe de la Santé Igor Agramanian.

Lire aussi:

Une explosion dans les airs, possible cause du crash de l'A321, selon les analyses
L'hypothèse d'une bombe à bord de l'Airbus A321 pas exclue
Les USA proposent leur assistance à l'enquête sur le crash du А321
Deuxième transport de victimes de l'Airbus A321 à Saint-Pétersbourg
Tags:
explosion, crash d'avion, Airbus A321, Kogalymavia (Metrojet), Sinaï
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook