Ecoutez Radio Sputnik
    Crash Airbus 321: les débris de l’avion russe éparpillés sur le Sinaï

    Crash en Égypte: une bombe dans un bagage?

    © REUTERS / Mohamed Abd El Ghany
    Lu dans la presse
    URL courte
    RBC
    13220

    Une bombe aurait causé le crash de l'Airbus A321: c'est en tout cas la piste privilégiée par les pays occidentaux.

    La Russie ne fait aucun commentaire sur les causes de la catastrophe mais les vols russes en Égypte ont été suspendus vendredi.

    Les services secrets britanniques et américains sont de plus en plus convaincus que l'avion russe A321 de Metrojet (Kogalymavia) qui s'est écrasé dans le Sinaï le 31 octobre a connu ce sort suite à la détonation d'un engin explosif. Le jour de la catastrophe, l'État islamique (EI) avait revendiqué l'attentat.

    Lieu du crash de l'Airbus russe dans le Sinaï vu depuis un drone
    Press-service of Russian Emergency Situations Ministry
    Le président russe Vladimir Poutine a réuni vendredi en urgence le Comité national antiterroriste. Sur recommandation du directeur du Service fédéral de sécurité (FSB) Alexandre Bortnikov, le chef de l'État russe a décidé de suspendre les communications aériennes avec l'Égypte jusqu'à ce que les causes du crash de l'A321 soient déterminées.

    Les services secrets britanniques pensent que la bombe aurait pu être introduite dans la soute de l'avion. Les experts britanniques chargés d'analyser la catastrophe supposent qu'un individu ayant accès au compartiment des bagages de l'A321 aurait pu y installer un engin explosif ou le poser dans un bagage peu de temps avant le décollage.

    Jim Termini, expert en sécurité pour la société Redline Assured Security, rappelle que les mesures de sécurité des aéroports sont régies par les règles de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) et doivent être appliquées au personnel de l'aéroport. Mais, selon lui, leur interprétation et leur application dépendent de chaque État.

    La plupart des pays insistent sur une vérification totale des membres de l'équipage et du personnel de l'aéroport, y compris de fiabilité. Le contrôle du personnel des aéroports peut être sélectif, mais les effectifs de la police et des services de sécurité doivent passer une enquête de sécurité avant d'être autorisés à travailler.

    Selon les règles de sécurité de l'Agence de l'aviation civile égyptienne, le personnel des services de sécurité doit faire l'objet d'une vérification une fois par an. Toutefois, ces règles ne mentionnent pas ce qu'il en est pour les employés civils.

    D'après Jim Termini, "la sécurité dans les aéroports en Égypte est parfaitement normale. Le pays doit seulement perfectionner la gestion et le contrôle du personnel et des policiers". Mais le pilote d'une compagnie aérienne russe qui desservait Charm el-Cheikh n'est pas de cet avis: "A Prague et à Berlin, l'équipage est minutieusement fouillé, c'est même vexant parfois. Vous ne pourrez rien faire passer à l'aéroport David-Ben-Gourion en Israël. Alors qu'on ne vérifie rien en Égypte. C'est irresponsable. Il n'y a pas de chiens, alors qu'un détecteur à métaux ne peut pas détecter le plastic qui compose les bombes".

    L'absence de chiens dans les procédures de contrôle en Égypte ne surprend pas certains experts, car les cynologues ne sont pas toujours une solution, notamment dans les pays chauds.

    Lire aussi:

    La boîte noire exclut un dysfonctionnement à bord de l’avion russe
    Egypte: les lacunes de sécurité choquantes de l'aéroport de Charm el-Cheikh
    Crash: des conversations entre l'EI et ses alliés interceptées par les USA
    Caricatures de Charlie Hebdo: le Sénat russe attend de Paris des explications
    Tags:
    bombe, crash d'avion, Airbus A321, Sinaï
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik