Lu dans la presse
URL courte
Par
44363
S'abonner

L'administration Obama considère la Russie comme la principale menace pour la sécurité internationale et a l'intention d'accroître le potentiel militaire des Etats-Unis pour défendre l'Amérique et ses alliés.

Cette déclaration sans précédent du chef du Pentagone Ashton Carter devant des militaires américains en Californie fait suite à une série d'attaques contre Moscou au cours de sa récente tournée en Asie. Ashton Carter critique aussi la Chine mais est bien plus dur à l'encontre de Moscou, confirmant ainsi l'impossibilité d'une normalisation des relations bilatérales à court terme. Au gouvernement russe, certains pensent qu'il ne s'agit pas d'une nouvelle ligne: il s'agirait plutôt d'une volonté de la Maison blanche d'éviter d'être accusée de souplesse excessive après le rapprochement des positions des USA et de la Russie au sujet de la Syrie.

Selon Ashton Carter, l'Amérique "n'aspire pas à une guerre chaude ou froide avec la Russie et ne cherche pas à faire de Moscou un ennemi". "Cependant, sachez que les USA défendront leurs intérêts, ceux de leurs alliés et les principes de l'ordre international", a affirmé le secrétaire à la Défense. A cet égard, il a laissé entendre que le Pentagone avait plusieurs cordes à son arc pour contenir la Russie — de la modernisation du potentiel nucléaire et la création d'armements modernes, y compris un nouveau bombardier stratégique et l'arme laser, à l'augmentation de l'aide militaire au profit de l'Ukraine.

"A l'heure actuelle, nous adaptons nos plans pour contenir l'agression de la Russie et réduire la vulnérabilité de nos alliés et partenaires", a annoncé Ashton Carter.

Soldats américains en Alaska
© Photo / National Guard / US Army Sgt. Edward Eagerton
Son discours en Californie ne constitue pas sa seule attaque contre la Russie. Le chef du Pentagone avait déjà fait plusieurs déclarations retentissantes pendant sa visite sur la base aérienne de Pearl Harbor, à Hawaï, où la dissuasion de la Russie était le thème central de son entretien avec les militaires.

En accusant Moscou d'appliquer la tactique de "guerres hybrides" en utilisant des "bonhommes verts" en Ukraine, il a annoncé que les USA devaient réagir en "reformatant" le potentiel militaire américain sur le continent européen. "Nous menons une certaine correction des forces en Europe, conscients du fait que la Russie ne choisit pas la ligne que nous avions prévue", explique le chef du Pentagone. Et d'ajouter: "Les Européens le demandent. L'Otan le demande. Et nous avons l'intention de le faire".

Lire aussi:

Les Etats-Unis pourraient lancer une opération au sol en Syrie
Etats-Unis: débats houleux sur une zone d'exclusion aérienne en Syrie
Hôpitaux bombardés en Syrie: Moscou demande à l'Otan des explications
Le Pentagone signe le contrat de son prochain bombardier
Tags:
menaces, sécurité, OTAN, Pentagone, Ashton Carter, Russie, Moscou, États-Unis, Californie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook