Ecoutez Radio Sputnik
    le FBI impuissant contre les messages cryptés des extrémistes

    Le FBI impuissant contre les messages cryptés des extrémistes

    © Flickr / Mr Seb
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    1088
    S'abonner

    Le FBI ne peut pas pister les terroristes qui chiffrent leurs communications, selon le directeur du Bureau James Comey.

    Il est théoriquement possible de détecter des cas de recrutement de volontaires par Daech via Twitter sur décision du tribunal, mais quand les islamistes utilisent de nouveaux systèmes opérationnels installés sur les téléphones portables, il est impossible de les repérer sans connaître les codes des fabricants. Le procureur de Manhattan et certains députés américains exigent que les sociétés informatiques ouvrent l'accès à ces informations mais selon certains experts, une telle démarche n'est pas tellement nécessaire: ces compagnies répondent à des commandes du gouvernement et partagent donc déjà avec lui ces données.

    Aujourd'hui, l'État islamique apprend à ses adeptes comment échapper à la surveillance électronique. Le Wall Street Journal écrit que les islamistes ont même publié sur internet une vidéo contenant des instructions expliquant comment les gouvernements écoutaient les téléphones.

    Le directeur du FBI n'a pas précisé si des techniques de cryptage avaient été utilisées pour préparer les attentats de Paris. Mais tous les représentants des forces de sécurité venus à la conférence avaient les récentes attaques à l'esprit. Le discours de Comey fait partie de la propagande déployée par les renseignements, qui veulent obtenir l'accès aux nouveaux systèmes d'exploitation, aux appareils mobiles et d'autres moyens de communication. Les compagnies qui ont élaboré ces technologies affirment qu'elles sont protégées contre l'espionnage du gouvernement.

    Les services américains ont organisé une réunion à huis clos pour Richard Burr, chef du comité du renseignement du Sénat. A l'issue de la rencontre, ce dernier a déclaré aux journalistes qu'en France les terroristes avaient probablement utilisé des techniques de cryptage connus uniquement par l'auteur du message et le destinataire. Dans ce cas, il est très difficile de lire le message même s'il est intercepté.

    Mais est-ce que les services de sécurité américains sont vraiment aussi impuissants que l'affirment leurs représentants? L'expert en télécommunications Maxim Boukine pense que sous prétexte de ne pas pouvoir décrypter les messages des terroristes, les services secrets cherchent à élargir l'espionnage. En réalité, tous les nouveaux moyens de communications électroniques et de cryptage sont développés par les compagnies américaines et le gouvernement américain lui-même utilise ces technologies. Quand elle reçoivent de l'argent du gouvernement, les compagnies partagent d'une manière ou d'une autre leurs secrets, affirme l'expert.

    Toutefois, même après la tragédie de Paris, les renseignements américains continuent d'accorder davantage d'attention à la protection des secrets commerciaux d'entreprise qu'au terrorisme. En témoigne la déclaration du chef du contrespionnage à la NSA Bill Ivanina, qui a accusé la Chine d'avoir volé aux industriels américains la technologie des drones, la production d'énergie solaire et éolienne, la production de pétrole de schiste et d'autres secrets. Un sondage auprès de 138 compagnies américaines a révélé que dans 90% des cas, des Chinois participaient aux tentatives d'espionnage.

    Pékin ne reste pas muet. Les médias chinois rapportent notamment ces dernières semaines de nombreuses tentatives de recrutement de citoyens chinois par les services de renseignement américains.

    Lire aussi:

    Le FBI déconcerté par les techniques de cryptage de l'EI
    L'EI menace de faire sauter la Maison blanche
    USA: un Airbus atterrit d'urgence après une alerte à la bombe
    Tags:
    recrutement, lutte antiterroriste, Internet, Etat islamique, FBI, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik