Lu dans la presse
URL courte
Par
La Turquie abat un Su-24 russe (187)
411796
S'abonner

Les USA et leurs alliés de l'Otan ont choisi de couvrir la Turquie pour montrer la solidarité et la cohésion de l'Alliance, tout en sachant que les actes d'Ankara attisent la vague d'extrémisme en Syrie.

Le journal américain Politico constate notamment, après avoir analysé le cas du bombardier russe Su-24 abattu par l'armée de l'air turque: "Certains pourraient trouver excessives les déclarations du président russe concernant la complicité présumée du gouvernement turc avec les terroristes… Cependant dans la lutte contre Daech et l'extrémisme en général, le président Tayyip Erdogan est depuis longtemps une partie du problème et non de la solution".

"Ce n'est pas par les discours officiels qu'on pourra comprendre cela. L'Otan a exprimé son soutien à la Turquie après l'incident d'hier et l'administration Obama parle souvent du rôle-clé d'Ankara dans le combat contre Daech. Mais ces cinq dernières années les politiques américains, les spécialistes de la Turquie et de la lutte antiterroriste ainsi que les journalistes sont arrivés à la conclusion qu'Ankara avait fait un autre choix, bien qu'il ait pu jouer un rôle constructif dans la lutte contre les extrémistes en Syrie. Plus le conflit s'aggrave et traverse les frontières, plus la tactique d'Ankara vis-à-vis des djihadistes pourrait lui coûter cher, ainsi qu'à ses alliés", estime l'auteur de l'article. Et d'ajouter qu'en dépit de certaines démarches constructives d'Ankara, "dans l'ensemble Erdogan et le gouvernement turc ont pris des décisions qui ont entraîné la montée en puissance de la violence et de l'extrémisme en Syrie".

Sachant qu'Erdogan "n'a pas eu à payer pour ces décisions ni dans son pays, où il a réprimé les institutions politiques et a renforcé son pouvoir, ni sur la scène internationale où les alliés otaniens de la Turquie doivent feindre qu'Ankara partage leurs approches au vu des circonstances et de la géographie".

"Il est confortable d'être à la place d'Erdogan. Dans l'intérêt de la cohésion et de la solidarité, l'Alliance le soutiendra de toute façon après cet incident qui fera monter la tension entre Ankara et Moscou", affirme l'auteur.

Le journal indique également que malgré les déclarations sur l'élargissement de la lutte contre Daech, l'armée de l'air turque se concentre essentiellement de mener des opérations contre les Kurdes, que les Américains considèrent comme une force efficace contre Daech.

"A la Maison blanche, très peu pensent sincèrement que la Turquie peut être une partie de la solution. Washington paraît satisfait par l'accès qui lui est fourni au territoire turc (les bases aériennes en Turquie utilisées par l'aviation américaine), ce qui explique probablement le soutien public dont jouit Erdogan. Mais tant que Washington ne tapera pas sur les doigts d'Ankara pour sa mauvaise conduite, la Turquie continuera de semer le chaos", met en garde l'auteur.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (187)

Lire aussi:

L'Otan poussera Ankara à coopérer avec Moscou en Syrie
Député français: la Turquie n’avait aucune raison d’abattre l’avion russe
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Une fillette de 3 ans étranglée par sa mère de 19 ans en train de hurler «Jésus de Nazareth»
Tags:
lutte antiterroriste, Kurdes, Su-24, OTAN, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook