Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan ouvre le sommet du G20 à Antalya, dimanche 15 novembre 2015

    Erdogan s'est trompé

    © Photo. Service de presse du Kremlin
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    7564
    S'abonner

    La Russie compte bien obtenir des excuses de la Turquie pour garantir que de tels incidents ne se reproduiront pas et rappeler quel comportement il convient d'adopter avec la Russie. Malgré tout, il ne faut pas oublier à qui profite l'escalade du conflit russo-turc - certainement ni à Moscou ni à Ankara.

    Les autorités turques cherchent déjà à minimiser les conséquences de la destruction de l'avion russe pour les relations bilatérales. Elles tentent si bien qu'elles tombent parfois dans l'extrême inverse: le président Erdogan a notamment déclaré que les Turcs ignoraient l'origine de l'avion qu'ils avaient abattu — ce qui est un mensonge honteux ne pouvant que dégrader davantage les relations russo-turques.

    Pour sa part, le premier ministre Davutoglu a déclaré qu'Ankara ne souhaitait pas aggraver les relations avec Moscou, son "ami et voisin", mais il n'a pas non plus présenté d'excuses — les Turcs continuent d'insister sur le fait qu'ils défendaient leur territoire.

    Bien sûr, Erdogan savait que la destruction de l'avion russe provoquerait une très forte crise dans les relations avec la Russie, mais il pensait tout de même que Poutine réagirait à ses actions comme il le désirait, à savoir en soulignant la nécessité de davantage prendre en compte la position des Turcs dans la crise syrienne, de ne pas sous-estimer leur rôle dans la détermination de la future structure politique de la Syrie. Le dirigeant turc voudrait aussi que sa position vis-à-vis des Turkmènes et des Kurdes syriens soit acceptée par la Russie et les USA.

    Est-ce qu'Erdogan avait des raisons de croire que la Russie, malgré une vive réaction à la destruction de l'avion, ne mettrait pas en péril les relations bilatérales et que tout reviendrait à la normale avec le temps? Il a probablement mal interprété la réaction souple de la Russie à ses déclarations contre Moscou au printemps (après le voyage de Poutine en Arménie) et en automne (après le lancement de la campagne russe en Syrie). A l'époque, Erdogan avait publiquement fait du chantage à la Russie en disant qu'elle risquait de perdre un partenaire important, la Turquie, pour la reconnaissance du génocide arménien et le soutien militaire d'Assad.

    Poutine n'a pas répondu sur le même ton et Erdogan a visiblement conclu que les relations bilatérales et les projets communs avaient plus d'importance. Il ne voyait donc probablement pas la décision d'abattre l'avion comme fatidique — un risque, une surenchère, un jeu crucial, mais ça passera. Mais Poutine, comme la Russie, ne pardonne pas cette dernière trahison. Pas aux Turcs, mais à Erdogan personnellement.

    En d'autres termes, les relations pourraient se rétablir, même avec Erdogan quand il présentera ses excuses pour les événements du 24 novembre, mais il n'y aura plus jamais de confiance personnelle entre les deux chefs d'État.

    Ce qu'a fait Erdogan est plus qu'un crime: c'est une erreur. Et ceux qui ont tenté d'organiser le blocus et font aujourd'hui tout pour freiner la Russie cherchent à en profiter. Ils s'efforceront de monter la Russie et la Turquie l'une contre l'autre, de faire en sorte d'empêcher leur coopération bilatérale pendant des décennies.

    Lire aussi:

    Su-24 abattu: un fossé croissant entre les politiciens et l’opinion publique
    Avion russe abattu: "arrêter toute négociation d'adhésion de la Turquie à l'UE"
    Avion russe abattu: Washington couvre la Turquie
    Su-24 abattu: une attaque planifiée d'avance
    Tags:
    lutte antiterroriste, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik