Ecoutez Radio Sputnik
    Des dindes

    Obama gracie deux dindes pour Thanksgiving

    © Flickr/ Larry Smith
    Lu dans la presse
    URL courte
    15814

    Le président américain Barack Obama a gracié mercredi deux dindes à la veille de l'Action de grâce - ou Thanksgiving - une fête traditionnellement célébrée le quatrième jeudi de novembre.

    Les dindes qui échapperont cette année aux couteaux de cuisine s'appellent Honest (honnêteté) et Abe (en hommage au 16e président américain Abraham Lincoln).

    Tous les oiseaux graciés sont traditionnellement envoyés à la ferme de Leesburg, en Virginie.

    Les deux dindes de cette année viennent de Californie, elles ont près de 18 mois et chacune pèse environ 20 kg.

    Le président américain Barack Obama
    © AP Photo/ J. Scott Applewhite
    Honest a une tête rouge et un cou de la même couleur, tandis que les plumes d'Abe possèdent davantage de nuances de bleu. La cérémonie de grâce s'est déroulée à 14h45, heure locale. La tradition de gracier deux dindes pour l'Action de grâce date de 1947, quand la Fédération nationale des dindes et le Conseil national des éleveurs de volaille ont offert pour la première fois une dinde au président Harry Truman.

    En 1963, le président John Kennedy, qui avait reçu ce cadeau traditionnel, a suggéré de laisser l'oiseau en vie. Mais le première cérémonie officielle de grâce de la dinde a été organisée en 1989 par George H.W. Bush.

    Néanmoins, il existe aux USA une légende largement répandue renvoyant au fils du président Abraham Lincoln: Ted, 10 ans, était devenu ami avec l'oiseau Jack en 1863, qui avait été nourri pour être servi à table. L'enfant avait finalement réussi à persuader son père de lui laisser la vie sauve.

    Lire aussi:

    Le communisme à l'américaine
    Thanksgiving: première grâce présidentielle accordée par Trump
    Tour du monde des repas traditionnels de Noël et du Nouvel An
    Tags:
    dinde, oiseaux, fête, Thanksgiving, Barack Obama, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik