Lu dans la presse
URL courte
Par
8131
S'abonner

Des chercheurs britanniques voient dans le riz génétiquement modifié, qui serait plus simple à cultiver et pousserait plus rapidement, l'unique espoir de l'humanité face à la famine à long terme.

La culture de riz génétiquement modifié s'inscrit dans le cadre du C4Rice Project, qui a été lancé en 2008 avec le soutien de la fondation Bill et Melinda Gates. 12 établissements scientifiques de huit pays participent actuellement aux recherches.

En termes de photosynthèse, le riz figure pour l'instant dans la classe C3, qui correspond aux cultures agricoles relativement exigeantes. Les scientifiques du projet cherchent donc aujourd'hui comment le reclasser en C4, ce qui permettrait d'accroître les récoltes de 50%, de le rendre plus simple à cultiver et de le faire pousser plus rapidement.

Durant les deux premières phases, les chercheurs ont identifié avec succès les composantes biochimiques et morphologiques des plantes responsables de la photosynthèse en C4. La troisième étape des études consistera à examiner les mécanismes régulateurs nécessaires pour la modification génique du riz.

Les chercheurs pensent que le passage de nombreuses plantes de la photosynthèse de classe C3 à C4 s'explique par un facteur évolutif, par conséquent la tâche en cours n'est pas aussi complexe qu'il n'y paraît.

"Compte tenu de l'augmentation de la population sur la planète et de l'ampleur de l'urbanisation, d'ici 35 ans les gens auront besoin de pratiquement deux fois plus de riz pour se nourrir. J'espère que nous aurons le temps de remplir cette tâche", a déclaré la professeure Jane Langdale, l'une des chefs de recherche.

Lire aussi:

19 Etats de l'UE disent non aux OGM
TTIP et OGM: la menace cachée
Les OGM sont-ils dangereux ou salutaires ?
OGM: l’agneau aux gênes de méduse finit à l’abattoir
Tags:
famine, OGM, nourriture
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook