Ecoutez Radio Sputnik
    COP21

    COP21: un accord précipité?

    © AP Photo / Christophe Ena
    Lu dans la presse
    URL courte
    Par
    Conférence sur le climat de Paris (2015) (39)
    6115
    S'abonner

    La conférence de l'Onu sur le climat s'achève aujourd'hui au Bourget en France: on attend la signature d'un accord au moins aussi important que le protocole de Kyoto.

    Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, président de la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, a soumis mercredi le projet d'accord final à l'examen des participants. Ce document de 29 pages, qui fixe pour objectif de limiter le réchauffement climatique mondial, contient quatre fois moins de points litigieux que son prédécesseur de 43 pages. "C'est largement mieux mais c'est encore trop", a constaté Fabius en fixant la date limite de signature de l'accord au 11 décembre à 18 heures.

    Ce projet prévoit de fixer des quotas sur les émissions et reprend la promesse des pays industrialisés développés d'allouer chaque année, à partir de 2020, 100 milliards de dollars au soutien des pays sous-développés pour lutter contre les conséquences du changement climatique. De nombreuses questions restent aussi sans réponse. Ainsi, on ignore si les participants à la conférence réussiront à s'entendre pour limiter le réchauffement global à 2°C par rapport à l'ère préindustrielle, ou à 1,5°C comme le proposent l'Allemagne et plusieurs partenaires de l'UE.

    La présentation du projet d'accord final révélera la profondeur des contradictions entre les différents groupes d'acteurs. Le principal problème réside toujours dans l'exigence faite aux pays développés d'accroître considérablement leur aide financière. Cette position est défendue par les pays émergents qui doutent que les USA, le Canada et l'Australie tiendront leur promesse de rassembler 100 milliards de dollars pour l'aide climatique.

    A noter, toutefois, le consensus atteint ces derniers jours entre l'UE, d'une part, et les 79 pays les plus pauvres d'Afrique et les petits États insulaires des Caraïbes et du Pacifique, d'autre part, qui ont trouvé un terrain d'entente sur plusieurs questions clés.

    Les experts français pensent que le principal obstacle à la signature de l'accord reste l'indemnisation des pays pour le préjudice subi à cause des changements climatiques défavorables, d'autant qu'il n'est pas clairement stipulé partout dans le texte que tous les participants sont régis par des règles communes. Cette subtilité est favorable aux pays émergents qui ne sont pas pauvres et ne veulent pas renoncer à la séparation entre pays développés et émergents telle que définie dans la Convention-cadre de l'Onu sur les changements climatiques de 1992. Cela les pousserait en effet à prendre de nouveaux engagements.

    Pendant la conférence, on a vu se former un nouveau groupe unissant l'Inde, la Chine, le Venezuela ou encore la Malaisie (LMDC, Groupe de pays en développement partageant les mêmes vues), qui défendent avec zèle les anciens principes de répartition des pays. L'Arabie saoudite, qui en fait également partie, est accusée de vouloir protéger son statut de plus grand producteur de pétrole en s'opposant à la ligne générale sur plusieurs aspects.

    La Russie ne fait pas partie de ce groupe, mais les négociateurs se méfient de Moscou qu'ils considèrent comme imprévisible. Plus tôt, à l'ouverture de la conférence le 30 novembre, le président russe Vladimir Poutine avait déclaré que la Russie comptait réduire ses émissions de gaz à effet de serre à 70% du niveau de 1990 d'ici 2030.

    Selon les dernières estimations, en faisant la somme de tous les engagements déjà déclarés par les pays pour réduire les émissions de CO2, d'ici 2100 la température moyenne sur la planète devrait augmenter de 2,7 degrés. C'est pourquoi la délégation de l'UE affirme que la signature de l'accord aujourd'hui à 18 heures serait un mauvais signe. Elle pourrait être interprétée comme l'aboutissement à une entente minimaliste qui ne correspondrait pas aux défis contemporains.

    Dossier:
    Conférence sur le climat de Paris (2015) (39)

    Lire aussi:

    COP21: dernière conférence avant l'apocalypse
    600 faux panneaux publicitaires à Paris pour protester contre la COP21
    COP21: Hollande veut un accord différencié, universel et contraignant
    COP21: 1.000 EUR d'amende pour avoir refusé de donner ses empreintes digitales
    Tags:
    réchauffement climatique, climat, COP 21, Laurent Fabius, Paris
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik