Ecoutez Radio Sputnik
    P-8 Poseidon

    La Chine proteste contre les avions-espions américains

    © Wikipedia
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    3762

    Singapour n'adhère officiellement à aucun bloc militaire mais en autorisant le Pentagone à déployer des avions-espions sur son territoire, la cité-État s'est impliquée de facto dans la confrontation maritime avec la Chine.

    Pékin voit dans l'accord entre Singapour et les USA une nouvelle étape de la militarisation dans la région, où les navires et les bombardiers américains effectuent déjà des raids près des îles artificielles construites par la Chine. Selon les experts, Pékin évitera certainement les altercations en misant sur la modernisation de sa marine et la construction de porte-avions.

    Les États-Unis et Singapour se sont entendus sur le déploiement d'avions de reconnaissance américains P-8 Poseidon sur le territoire de l'île.

    Cet accord est un défi direct lancé à la Chine, qui revendique le contrôle de la mer de Chine méridionale, note l'agence Reuters. Pékin estime posséder pratiquement toutes les eaux de cette mer, où transitent chaque année pour plus de 5 000 milliards de dollars de marchandise.

    Les avions américains Poseidon utilisent déjà régulièrement les bases du Japon et des Philippines. Les aérodromes de Malaisie servent également à lancer des missions d'observation.

    Le ministère chinois des Affaires étrangères a condamné cet accord, le qualifiant de "nouveau pas vers la militarisation de la région". Le ministère de la Défense a promis de suivre minutieusement les vols des appareils américains dotés d'équipements d'observation de pointe. En mai, la marine chinoise avait envoyé huit avertissements aux membres d'équipage de ces avions qui volaient à proximité des îles artificielles construites par la Chine.

    Les observateurs étrangers se demandent jusqu'où pourraient aller les autorités chinoises pour défendre ces lopins de terre qu'elles considèrent comme leur propriété "historiquement et juridiquement". Aussi menaçantes que soient les déclarations de la presse officielle et même des officiers envers les Américains, Pékin pèse les conséquences de chacune de ses actions et agit avec énormément de précautions.

    Si la Chine ne se résignera certainement pas à ce que les USA et ses alliés dominent dans l'ouest du Pacifique, il faut toutefois s'attendre à une réaction sur le long terme plutôt qu'à un conflit immédiat. Pékin modernise sa marine en la dotant d'armements de pointe, en construisant des sous-marins nucléaires et des porte-avions. La revue canadienne Kanwa Defense Review a notamment rapporté que le premier porte-avions construit par la Chine serait mis à flot en 2016.

    Évidemment, les chantiers de la marine chinoise sont confidentiels. Les informations du renseignement américain sont, elles aussi, tenues au secret. Néanmoins, comme le souligne le magazine National Interest, on peut trouver des informations intéressantes dans le rapport du gouvernement américain sur les relations entre les USA et la Chine dans le domaine de l'économie et de la sécurité. D'après l'analyste Harry Kazianis, la modernisation de la marine chinoise est "progressive et déterminée". Sachant que les sous-marins nucléaires et diesels, capables de tirer des missiles de croisières mer-mer, représentent un danger particulier pour la domination des USA en mer.

    Lire aussi:

    Expert français: "l'UE n'existe pas aux yeux de Pékin"
    Chine et USA se rapprochent tout en conservant leurs contradictions
    Les USA se tireraient une balle dans le pied en refusant le dialogue avec Pékin
    Pékin s'apprête à dévoiler ses innovations militaires, Washington retient son souffle
    Tags:
    avions, Boeing P-8 Poseidon, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik