Ecoutez Radio Sputnik
    Hillary Clinton et Bernie Sanders

    Aux USA, les démocrates veulent une large coalition avec Moscou

    © REUTERS / JIM YOUNG
    Lu dans la presse
    URL courte
    Nezavissimaïa gazeta
    8412

    Pour le dernier débat télévisé de l'année au sein du camp démocrate, les prétendants à la primaire du parti en 2016 ont débattu de politique étrangère.

    Le sénateur du Vermont Bernie Sanders et l'ex-gouverneur du Maryland Martin O'Malley ont appelé à coopérer avec la Russie contre les extrémistes tandis qu'Hillary Clinton, favorite de la future course présidentielle, espère que Moscou et Washington "réussiront à trouver un terrain d'entente sur le règlement du conflit syrien". En toile de fond du débat: le scandale qui a failli éclater entre Sanders et Clinton à cause du piratage d'une base de données de l'ex-secrétaire d'État par l'équipe de son rival.

    L'attention des médias, ces derniers mois, était focalisée sur les républicains et le milliardaire Donald Trump, qui fournit inlassablement matière à la presse avec ses déclarations scandaleuses. Malgré les succès médiatiques du favori républicain, Hillary Clinton reste la principale prétendante au fauteuil présidentiel en tête devant tous les candidats potentiels. Elle est soutenue actuellement par 59% des électeurs du parti démocrate contre 28% pour Sanders et 5% pour O'Malley.

    Bernie Sanders estime qu'il faut d'abord éliminer Daech avant de songer à changer le pouvoir en Syrie. Et bien que le président Bachar al-Assad soit un "dictateur", ce sont bien les islamistes qui sont derrière les attentats de Paris et l'avion russe dans le Sinaï. Le renversement d'Assad "entraînerait un vide du pouvoir qui serait immédiatement comblé par les terroristes", selon lui. "Il est dommage que Clinton soit obsédée par le changement de régime sans se rendre compte des conséquences", pense Bernie Sanders, cité par le Washington Post. O'Malley a, pour sa part, appelé à créer de "nouvelles coalitions" pour vaincre Daech.

    Les rivaux de Clinton lui ont remémoré ses appels à créer une zone d'exclusion aérienne en Syrie en demandant si elle était prête à donner des ordres d'abattre les avions russes. L'ex-secrétaire d'État a répondu: "Cette question doit être concertée avec la Russie pour empêcher des conflits éventuels". De plus, tous les candidats se sont abattus sur Trump pour ses propos anti-islamiques, et Clinton a souligné que les déclarations du milliardaire constituaient "une incitation à la haine à travers le monde entier".

    Sanders a critiqué Clinton pour ses liens avec Wall Street. "Wall Street a trop de pouvoirs. C'est une menace pour l'économie", a-t-il souligné. "Je voudrais être sûre que nous contrôlons le pouvoir des super-riches", a répondu la femme politique, qui a affirmé vouloir construire une "économie pour tous" — d'où son intention de coopérer avec les entreprises.

    Dans le même temps, le Comité national du parti démocrate a bloqué l'accès de Sanders à la base de données des électeurs après qu'un membre de son équipe a piraté une base de données similaire de Clinton. Le QG de Sanders a saisi la cour fédérale pour demander de réactiver son accès, au risque de rencontrer des problèmes pour participer à la course électorale. Au final, le hacker a été licencié et le candidat a présenté ses excuses à Clinton.

    Lire aussi:

    Trump se dit honoré par un compliment de Poutine
    Clinton plaide pour un rapprochement avec la Russie face à Daech
    Clinton: la Russie et la Chine principaux adversaires des USA
    Kerry en Asie centrale: sécurité et lutte antiterroriste au menu
    Tags:
    débats télévisés, crise syrienne, Hillary Clinton, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik